En Israël, Netanyahu désigné pour former le prochain gouvernement

Le Premier ministre sortant Benjamin Netanyahu, inculpé pour corruption, a été désigné mardi pour former le prochain gouvernement israélien malgré son incapacité à réunir suffisamment de soutiens au Parlement, sur fond de vives divisions politiques.

Par

Benjamin Netanyahu. Crédit: Alex Kolomiensky / POOL / AFP

Deux semaines après des législatives aux airs de référendum pour ou contre le Premier ministre le plus pérenne de l’histoire d’Israël, celui-ci a été désigné par le président Reuven Rivlin pour mettre sur pied une nouvelle équipe ministérielle.

J’ai pris ma décision sur la base des recommandations (des partis), qui indiquent que le député Benjamin Netanyahu a une plus grande possibilité de former un gouvernement, a dit le président Rivlin dans une déclaration télévisée. C’est pourquoi j’ai décidé de le charger de former un gouvernement.

Ce n’est pas une décision facile pour moi, tant moralement qu’éthiquement”, a ajouté cet ancien membre du Likoud, le parti de droite de M. Netanyahu, au lendemain de la reprise du procès du Premier ministre inculpé pour corruption dans trois affaires.

Accusations de corruption, fraude et abus de confiance

Habituellement, le président désigne le candidat ayant reçu le soutien de 61 députés, mais “aucun candidat n’a de réelle possibilité” de parvenir à ce seuil, a estimé M. Rivlin, dont la mésentente avec le Premier ministre sortant est connue. Benjamin Netanyahu, avec ses alliés des partis ultra-orthodoxes et le parti d’extrême droite “Sionisme religieux”, a obtenu lundi le soutien de 52 parlementaires. En face de lui, le centriste Yaïr Lapid a été recommandé par 45 députés, déterminés à chasser du pouvoir M. Netanyahu.

“Selon la loi et la décision des tribunaux, un Premier ministre peut continuer à jouer son rôle même lorsqu’il est confronté à des accusations”

Reuven Rivlin, président

Premier chef de gouvernement de l’histoire d’Israël à faire face à des accusations criminelles en cours de mandat, M. Netanyahu est accusé de corruption, fraude et abus de confiance dans trois affaires, des charges qu’il nie fermement.

Je connais la position que beaucoup partagent, selon laquelle le président ne devrait pas confier cette tâche à un candidat qui fait face à des accusations criminelles, mais selon la loi et la décision des tribunaux, un Premier ministre peut continuer à jouer son rôle même lorsqu’il est confronté à des accusations”, a affirmé M. Rivlin mardi.

à lire aussi

article suivant

Un homme sur trois serait victime de “violences conjugales” selon le HCP