Femme de terrain et première de cordée : au-delà du CV de Zineb El Adaoui, nouvelle présidente de la Cour des comptes

Première femme marocaine à devenir wali, mais aussi à intégrer la magistrature de la Cour des comptes, Zineb El Adaoui a été nommée nouvelle première présidente de l’instance de contrôle auparavant dirigée par Driss Jettou. C’est encore une première pour une femme et un rôle qui semble taillé sur mesure pour cette sexagénaire discrète, mais réputée pour son acharnement.

Par

Zineb El Adaoui en 2016. Crédit: Yassine Toumi / TelQuel

Un vent de changement souffle sur la plus emblématique des juridictions financières. Un visage nouveau, dégageant un sentiment de sérénité et de stabilité, arrive à pic pour une institution dont les rapports sont à la fois redoutés, mais aussi particulièrement critiqués pour sa régulation peu suivie d’effets. Le lundi 22 mars, Zineb El Adaoui est nommée par Mohammed VI nouvelle première présidente de la Cour des comptes ; la quatrième à occuper le poste depuis sa création en 1979. Une nomination qui vient consacrer l’étonnant domino de “premières” qui aura échelonné toute sa carrière: à 60 ans, elle devient la première femme à présider l’organe de contrôle, 28 ans après y avoir fait son entrée comme première femme magistrate en 1993 et…

article suivant

France : la drogue, importée du Maroc, était cachée dans les tomates cerises