L’historien et militant Maâti Monjib placé en liberté conditionnelle

L’historien et militant avait été condamné, à la fin du mois de janvier, à une peine d’un an de prison pour “fraude” et “atteinte à la sûreté de l’État”.

Par

L'historien Maâti Monjib, lors d'une manifestion à Rabat. Crédit: DR

Après deux mois passés en détention, l’historien et militant Maâti Monjib a été libéré ce 23 mars. Pour rappel, il avait été condamné à un an de prison au mois de janvier après avoir été jugé coupable de “fraude” et d’“atteinte à la sécurité de l’État” lors d’un procès auquel il n’avait pas assisté.

Quatre journalistes et militants avaient également été condamnés à des peines allant de trois mois de prison avec sursis à un an de prison ferme dans le cadre de cette affaire.

à lire aussi

Selon plusieurs sources, Maâti Monjib se serait vu confisquer son passeport et signifier une interdiction de quitter le territoire. Sa libération intervient alors qu’il avait entamé une grève de la faim il y a 20 jours.

Le 9 mars, la prison de Laârjat II de Salé avait publié un communiqué pointant le fait que le militant avait décidé de poursuivre sa grève de la faim malgré les conséquences pour sa santé. Maâti Monjib avait refusé de mettre un terme à cette action, insistant sur son innocence. Il avait poursuivi sa grève de la faim sous la supervision des équipes médicales du centre pénitentiaire.

article suivant

Le Canada prolonge la suspension des vols en provenance du Maroc