Reportage : à Chefchaouen, les cultivateurs de cannabis entre espoir et crainte

Les agriculteurs de cannabis de la province de Chefchaouen ont été pris au dépourvu par le projet de légalisation de leur principale source de revenu. L’impact environnemental, le prix, la collecte et la concurrence leur font craindre le pire.

Par et

FADEL SENNA / AFP

Au départ, face à leurs smartphones, les agriculteurs de la province de Chefchaouen ont cru à un énième débat futile. Une imminente légalisation du cannabis? Un classique, à l’approche de toute élection. Les réseaux sociaux font remonter les sujets les plus disputés dans la rue, aussi superflus soient-ils. Sauf que cette fois-ci, les initiés l’assurent aux autres, il s’agit d’un projet de loi discuté par le gouvernement. Et les plus avertis savent que c’est le ministère de l’Intérieur qui a déposé le texte. “Ah! Eddakhiliya (l’Intérieur) ne rigole pas”, commente Habib, un ancien travailleur du kif, rencontré dans un café de Chefchaouen.

à lire aussi

L’arrière-pays de “Chaouen”, comme l’appellent les locaux, a cette réputation de fief historique de la culture cannabique, tout comme le cercle de Ketama, limitrophe du côté est. Dans toute la province, la plante y est cultivée de père…

article suivant

Les humoristes Brahim Bouhlel et Zbarbooking condamnés à un an de prison dont huit mois ferme