Course au vaccin : le Policy Center for the New South déplore l’échec du multilatéralisme

Le Policy Center for the New South (PCNS) a invité deux de ses principaux chercheurs à s’exprimer sur la question du vaccin comme outil de diplomatie sanitaire. Voici les principaux points à retenir.

Par

“Les vaccins auront peut-être une efficacité moindre chez les personnes plus âgées”, expliquait Marhoum El Filali lors d’un précédent entretien avec TelQuel. Crédit: ROBIN VAN LONKHUIJSEN / ANP / AFP

Ce 16 février, le think tank Policy Center for the New South a organisé un webinaire sous le thème “Course au vaccin anti-Covid-19 : à la croisée des intérêts géopolitiques et géoéconomiques”.  Larbi Jaidi, senior fellow au PCSN, professeur affilié à l’Université Mohammed VI Polytechnique et membre de la Commission spéciale pour le modèle de développement (CSMD) et Uri Dadush, chercheur principal au même think tank, ont mis l’accent sur la course effrénée des grandes nations vers le vaccin et sur les perspectives de l’Afrique pour la sortie de crise.

Plus de compétition que de coopération

La discussion modérée par Salma Daoudi, chercheuse en relations internationales au PCSN, revient principalement sur les intérêts géopolitiques et géoéconomiques majeurs de la course vers le vaccin. Larbi Jaidi estime que nous vivons aujourd’hui une grande aventure mondiale qui est faite à la fois de compétition et de coopération, même si la première…

article suivant

Cryptomonnaie : pourquoi le Bitcoin est encore loin d’être écolo