Lutte anticorruption : le Maroc toujours aussi mauvais élève

Chaque année, l’économie marocaine paie un lourd tribut à la corruption. Malgré des efforts, le Maroc a perdu six places en 2020 dans le classement de Transparency International.

Par

Le rapport annuel de Transparency International révèle également à quel point la corruption persistante fragilise les systèmes de santé et contribue au recul de la démocratie. Crédit: AIC PRESS

Cette année encore, le Maroc poursuit sa tendance rétrograde dans le classement de l’indice de perception de la corruption de Transparency. Dans le dernier rapport de l’ONG, publié le 28 janvier, le classement du royaume a dégringolé de six places et un point en 2020 par rapport à l’année précédente, avec un score de 40 sur 100, passant à la 86e place sur 180 pays. C’est peu dire que la stratégie nationale de lutte contre la corruption lancée en 2016 n’a pas porté ses fruits.

Pour “une volonté politique réelle”

Selon un communiqué de Transparency Maroc, cette stagnation résulte avant tout de “l’absence de la part de l’État de signes et d’une volonté de lutter sérieusement contre la corruption”. Pour l’association, la sortie du Maroc de la corruption endémique nécessite de manifester “une volonté politique réelle, non limitée aux discours”, à travers notamment la mise en œuvre effective de la stratégie nationale de lutte anticorruption.

Le secrétaire général de Transparency Maroc nous expliquait en octobre 2020 déjà que la principale cause de la faiblesse des résultats de la lutte anticorruption au royaume était le manque de volonté politique quant à sa mise en œuvre, citant l’exemple des tergiversations des groupes politiques au Parlement au sujet du projet de loi sur l’enrichissement illicite qui traîne depuis près de cinq ans, ou encore de la régulation du conflit d’intérêts prévue dans la Constitution de juillet 2011 et encore non traitée à ce jour.

à lire aussi

Dans ce sens, Transparency Maroc appelle à faire aboutir la loi de l’instance nationale de probité et de lutte contre la corruption, en lui assurant l’indépendance, les moyens et les possibilités de l’investigation. Il s’agirait également d’adopter une loi sur le conflit d’intérêts pour stopper ceux observés tous les jours, notamment au niveau des marchés publics, d’incriminer l’enrichissement illicite dans le cadre des principes fondamentaux énoncés par la loi, et de réformer les lois sur la déclaration de patrimoine. Et de mettre en œuvre ces lois.

Corruption et pandémie, le jackpot

Contexte pandémique l’oblige, le rapport annuel de Transparency International publié ce 28 janvier révèle également à quel point la corruption persistante fragilise les systèmes de santé et contribue au recul de la démocratie.

Les pays qui obtiennent de bons résultats sur l’indice de perception de la corruption investissent davantage dans les soins de santé. Ces pays sont plus à même de fournir une couverture médicale universelle et sont moins susceptibles de porter atteinte aux normes et institutions démocratiques ou à l’État de droit. Des travaux menés par le programme “Santé mondiale” de Transparency International montrent que la corruption prive le secteur de la santé de 500 milliards de dollars américains chaque année à l’échelle mondiale.

Une corrélation existe entre le niveau de corruption du secteur public et la hauteur des investissements dans les soins de santé

Selon l’organisation internationale, la corruption représente une menace critique pour la vie et les moyens de subsistance des citoyens, surtout lorsqu’elle est associée à une urgence de santé publique. Une corrélation existe entre le niveau de corruption du secteur public et la hauteur des investissements dans les soins de santé.

L’Uruguay, par exemple, pays le mieux classé en Amérique latine (71 points), investit massivement dans les soins de santé et dispose d’un solide système de surveillance épidémiologique, qui a facilité sa lutte contre le Covid-19 et d’autres maladies infectieuses, comme la fièvre jaune et le Zika.  À l’inverse, le Bangladesh, avec 26 points, investit peu dans les soins de santé alors que la corruption prospère en cette période de Covid-19, qu’il s’agisse de pots-de-vin dans les cliniques de santé ou de détournement de l’aide.

Selon Transparency International, la corruption est également omniprésente dans l’acquisition de fournitures médicales. Les pays où le niveau de corruption est plus élevé ont également tendance à commettre les plus graves atteintes à l’État de droit et aux institutions démocratiques en ce contexte de crise liée au Covid-19.

article suivant

Réouverture des frontières : pas de recommandation du comité scientifique, selon le ministère de la Santé