Enrichissement illicite : un article de loi qui divise

Un article de loi censé pénaliser l’enrichissement illicite a fait capoter la tant attendue réforme du Code pénal, provoquant au passage une énième crise 
au sein de la majorité gouvernementale.

Par

La réforme du Code pénal est bloquée depuis 2016 dans les arcanes du parlement. Crédit: MAP

La session parlementaire d’automne s’est clôturée le 11 février sans apporter de nouveautés majeures, et encore moins la tant attendue réforme du Code pénal, bloquée depuis 2016 dans les arcanes du parlement. Celle-ci semblait prendre un nouveau souffle avec les amendements déposés par les différents partis politiques à la Chambre des représentants, début janvier dernier. Donnant lieu, de nouveau, à des soubresauts au sein de la majorité gouvernementale. Cette fois-ci, c’est au tour de l’article réprimant l’“enrichissement illégal” de créer la discorde au sein de la coalition au pouvoir. Les groupes de la majorité avaient pourtant trouvé un accord, le 11 janvier, sur les modalités de sanction de l’enrichissement illicite.

Du Parquet à la Cour des comptes

Est considéré comme coupable d’enrichissement illicite tout fonctionnaire public qui, après sa prise de fonction, a vu son patrimoine augmenter de façon sensible et injustifiée au vu des revenus déclarés. S’il est reconnu…

article suivant

Maryam Bigdeli, représentante de l’OMS au Maroc : “Nous sommes conscients que la capacité de tester est limitée pour de nombreux pays”