1982, le calme avant la tempête

Récompensé au Festival du Film de Toronto, 1982, du réalisateur libanais Oualid Mouaness, mêle avec brio la candeur de l’enfance et l’atrocité de la guerre.

Par

1982, de Oualid Mouaness
Le temps filmique de 1982 est celui de cet enfant qui doit user de toute son intelligence pour que Joanna sache qu’il est amoureux d’elle. Crédit: DR

Récompensé au Festival du Film de Toronto, 1982, du réalisateur libanais Oualid Mouaness, mêle avec brio la candeur de l’enfance et l’atrocité de la guerre.

1982 est la date de l’invasion du Liban Sud par les forces israéliennes. Ce drame aggrave la guerre civile libanaise, qui a duré de 1975 à 1990 et fait plus de 250 000 victimes. Un traumatisme qui marque jusqu’à ce jour le Liban. Mais la force du très poétique film 1982, de Oualid Mouaness, réside dans le fait qu’il a placé son histoire sur une marge qui n’a pas été révélée par les médias : comment des enfants ont-ils vécu le début de cette invasion israélienne ?

Wissam, 11 ans, des quartiers musulmans de Beyrouth-Ouest, cherche à déclarer sa flamme à sa camarade de classe Joanna, chrétienne qui habite à Beyrouth-Est

Juin 1982 est, pour le cinéaste, la fin des examens des écoles primaires. C’est aussi la journée d’un enfant, Wissam, 11 ans. Issu des quartiers musulmans de Beyrouth-Ouest, il n’a qu’une idée en tête pendant ce dernier jour : déclarer sa flamme à Joanna, sa camarade…
article suivant

Exclu Qitab : "L’Idéologie Arabe Contemporaine", Abdallah Laroui réédité