Le ministre israélien de l’Énergie tient une conférence avec ses homologues du Maroc, du Soudan, de Bahreïn et des Émirats arabes unis

Le ministre israélien de l’Énergie, Yuval Steinitz, a participé le 14 janvier à une visioconférence avec ses homologues des quatre pays ayant normalisé leurs relations avec Israël ces derniers mois, dont le Maroc, ainsi qu’avec l’Égypte et les États-Unis.

Par

Capture d'écran de la visioconférence du 14 janvier. Crédit: Ministère israélien de l'Energie/Facebook

Les liens se resserrent dans le domaine des énergies entre Israël et les pays avec lesquels l’État hébreu a normalisé ses relations ces derniers mois, dont le Maroc. Jeudi 14 janvier, le ministre israélien de l’Énergie, Yuval Steinitz, a participé à une visioconférence avec son homologue marocain Aziz Rabbah, ainsi que ceux du Soudan, de Bahreïn et des Émirats arabes unis, en plus de l’Égypte et des États-Unis, rapporte le Jerusalem Post.

Steinitz a qualifié la réunion de “jalon historique” et d’exemple de “mobilisation de l’énergie pour faire progresser la coopération et le dialogue avec les États arabes”, souligne la même source. 

השתתפתי הערב בוועידה היסטורית עם שרי האנרגיה של מרוקו, סודן, מצרים, איחוד האמירויות, בחריין וארה »ב. זהו ציון דרך, ומינוף…

Publiée par ‎יובל שטייניץ – Yuval Steinitz‎ sur Jeudi 14 janvier 2021

“Il ne fait aucun doute que le Forum du gaz de la Méditerranée orientale au Caire que j’ai lancé — avec le ministre égyptien de l’Énergie Tarek al-Mulla — il y a deux ans et demi ouvre la voie à une coopération accrue sur les énergies renouvelables, la recherche et le développement, et la possibilité de connecter des réseaux électriques dans un proche avenir”, a encore déclaré Steinitz.

à lire aussi

“Les ministres ont discuté de la manière dont les relations diplomatiques entre les pays pourraient révolutionner la sécurité nationale, la prospérité économique et ajouter du contenu aux accords de paix, y compris les investissements dans la recherche et le développement énergétiques, le déploiement d’infrastructures et de technologies”, a indiqué un communiqué du bureau de Steinitz.

article suivant

Afghanistan : “convergence” des grandes puissances sur ce qu'elles attendent des talibans