Inondations : le maire de Casablanca ou le DG de Lydec, à qui la faute ?

Après le tragique spectacle de Casablanca sous les flots, sinistrée, l’heure est aux explications et à la reddition des comptes. D’un côté comme de l’autre, le conseil de la ville et la Lydec se dédouanent de toute responsabilité. La négligence des deux et le manque criant d’investissements dans les infrastructures nécessaires ont pourtant conduit à un fiasco amené à se répéter.

Par et

telquel

Mardi 5 janvier. Les Casablancais se réveillent avec une impression de déjà-vu: comme dix ans auparavant, la ville est noyée. L’épisode exceptionnel – mais prévisible – de pluie, qui a commencé dans la nuit de lundi 4 janvier, est parti pour durer trois jours. Et pourtant, tout a déjà l’air d’un calvaire. Routes inondées, chaussées impraticables, tunnels fermés, voitures submergées… les scènes apocalyptiques – à l’image de la gestion de cette crise – font le tour des réseaux sociaux et des médias. Si certains prennent les choses avec humour – à l’instar de quelques pitres et humoristes dont les vidéos ont circulé –, les habitants, eux, observent avec dépit et amertume leur ville revivre les drames des années précédentes, le bilan matériel et humain s’alourdissant de jour…

article suivant

LES SAMEDIS DE L’IMMO : le rendez-vous de référence pour des offres immobilières exclusives