Qui est David Govrin, le chargé d’affaires temporaire d’Israël au Maroc ?

Le ministère des Affaires étrangères israélien a annoncé ce lundi 11 janvier que l’ancien ambassadeur israélien en Égypte, David Govrin, a été nommé chargé d’affaires temporaire au Maroc. Il a occupé auparavant le poste d’ambassadeur au Caire.

Par

Avant sa nomination au poste d’ambassadeur au Caire en 2016, David Govrin a occupé plusieurs postes au sein du ministère des Affaires étrangères à Jérusalem. Crédit: embassies.gov.il/cairo

L’ancien ambassadeur israélien en Égypte David Govrin a été nommé chargé d’affaires temporaire au Maroc. D’après le ministère des Affaires étrangères israélien, le diplomate se déplacera au Maroc dans les prochaines semaines pour la réouverture du bureau de liaison de l’État hébreu à Rabat. Fin décembre dernier, une équipe technique du ministère des Affaires étrangères marocain avait effectué le déplacement à Tel-Aviv pour préparer l’ouverture du bureau de liaison marocain.

à lire aussi

Spécialiste du monde arabe

Pour le moment, la diplomatie israélienne n’a pas précisé si David Govrin sera chargé d’affaires en pied ou par intérim. Le chargé d’affaires en pied occupe le poste de manière prolongée, et donc témoigne que le pays n’a pas l’intention de porter la représentation au poste d’ambassadeur. Alors que le chargé d’affaires par intérim ne le fait qu’en attendant la nomination d’un ambassadeur. Dans ce cas précis, il faut également savoir que le Maroc et Israël n’ont toujours pas signé d’accord pour l’établissement de relations diplomatiques.

Avant sa nomination au poste d’ambassadeur au Caire en 2016, David Govrin a occupé plusieurs postes au sein du ministère des Affaires étrangères à Jérusalem, notamment celui de directeur du département Jordanie et celui de directeur du département de planification politique. Il a également occupé le poste de premier secrétaire à l’ambassade d’Israël au Caire et de conseiller politique au sein de la délégation permanente israélienne auprès des Nations Unies.

Govrin a obtenu son doctorat en sciences de l’Islam et du Moyen-Orient de l’Université hébraïque de Jérusalem. En outre, il travaille comme chercheur associé à l’Institut Harry S. Truman pour l’avancement de la paix. En 2014, il a publié le livre The Journey to The Arab Spring: The Ideological Roots of the Middle East Upheaval in Arab Liberal Thought (Le voyage vers le printemps arabe : les racines idéologiques du bouleversement au Moyen-Orient dans la pensée libérale arabe).

article suivant

Cannabis : les recommandations du CESE à l’épreuve des réalités socio-économiques