Après la sortie de Benkirane, le PJD convoque un Conseil national extraordinaire le 27 décembre

Le Conseil national du PJD tiendra une session extraordinaire le 27 décembre, sur fond de crise interne. Les islamistes, en tête de la coalition gouvernementale, vont tenter de revenir sur les récents faits d’actualité, et notamment la position adoptée après l’annonce de reprise des relations diplomatiques entre le Maroc et Israël.

Par

Le Conseil national a fait le choix d’ouvrir un débat au sein de la commission politique. Crédit: Rachid Tniouni / TelQuel

Les appels d’Abdelilah Benkirane ne sont pas restés vains. Moins de 24 heures après avoir défendu le secrétaire général du parti et chef du gouvernement, Saâd-Eddine El Othmani, le PJD annonce un Conseil national extraordinaire le 27 décembre.

Selon un communiqué du président de l’organe, le député-maire de Fès Driss El Azami El Idrissi, cette décision s’inscrit dans le cadre de “l’interaction avec les demandes reçues par la présidence du Conseil national de la part d’un certain nombre de ses membres”. L’annonce précise que cette programmation était le fruit d’une décision conjointe du Bureau de la présidence, et du Secrétariat général dirigé par Saâd-Eddine El Othmani.

à lire aussi

Hier sur sa page Facebook, l’ancien chef de la maison PJD, Abdelilah Benkirane, a rompu le silence en se plaçant comme défenseur de son successeur Saâd-Eddine El Othmani. L’ancien chef du gouvernement de 2011 à 2017 a notamment préconisé la tenue d’un Conseil national, avant de prendre toute décision hâtive.

Vous pouvez même demander une sortie du gouvernement si vous voulez, mais pas maintenant. Votre secrétaire général est le numéro deux de l’État, il ne sort pas des ordres de son numéro un. C’est la renommée du pays qui est en question. Assumons la crise nous-mêmes, en interne, car on ne joue pas avec l’État”, avait expliqué Benkirane.

article suivant

Pain cancérigène : vrais risques ou fausse alerte ?