Brahim Sallaki : “2M était une chaîne zombie avant l’arrivée de Nour-Eddine Saïl”

En 2000, Nour-Eddine Saïl était nommé directeur général de la chaîne 2M. Brahim Sallaki, alors responsable de Radio 2M et chef du service acquisition, a travaillé près de trois ans et demi à ses côtés. Voici son hommage au défunt, disparu dans la soirée du 15 décembre, des suites d’une contamination au Covid-19.

Par

Nour-Eddine Saïl. Crédit: Yassine Toumi / TelQuel

En 2000, Nour-Eddine Saïl était nommé directeur général de la chaîne 2M. Brahim Sallaki, alors responsable de Radio 2M et chef du service acquisition, a travaillé près de trois ans et demi à ses côtés. Voici son hommage au défunt, disparu dans la soirée du 15 décembre, des suites d’une contamination au Covid-19.

Brahim Sallaki.Crédit: 2MTV

“J’ai tout d’abord connu Nour-Eddine Saïl comme tout le monde, c’est-à-dire comme président des Cinéclubs, ancien inspecteur général de la philosophie. C’était avant tout un cinéphile comme il en existe peu. Lorsqu’il est arrivé à 2M en 2000, il m’a tout de suite fait comprendre que nous allions travailler main dans la main. Il portait un regard très pointu sur son personnel, et n’arrivait pas comme n’importe quel DG. Lorsqu’il organisait une réunion, il ne se contentait pas de l’encadrement supérieur, mais faisait appel à l’ensemble du service.

“Il a été le seul directeur général de 2M à manger à la cantine comme tout le monde”

Brahim Sallaki

Pour lui, tout le monde était capable d’avoir de bonnes idées. Jamais il ne s’est enfermé dans une tour d’ivoire, jamais il n’a pris qui que ce soit de haut. Il a été le seul directeur général de 2M à manger à la cantine comme tout le monde, à assister aux ftours qu’on organisait pendant le Ramadan. Il tutoyait et appelait les gens par leur prénom. Lorsqu’il y avait une réunion, tout le monde l’écoutait parler. Il arrivait à faire ressortir le meilleur de l’ensemble de ses équipes. Bien sûr, il est aussi célèbre pour ses colères homériques. Tout le personnel de 2M peut en témoigner : lorsqu’il vous appelait à son bureau, vous y alliez en tremblant. Trois jours plus tard, il vous rappelait et vous proposait de le rejoindre au restaurant, comme si de rien n’était.

Un jour, il est venu me rejoindre à la cantine, et il m’a dit qu’on allait parler radio. J’ai dit que c’était faisable en trois mois. C’est ainsi qu’on a lancé Radio 2M. Dans la même foulée, il a lancé le 24 h/24, chose qui n’existait nulle part ailleurs au Maroc à l’époque, ainsi que la chaîne satellitaire 2M Maroc. Il s’est mis à produire des téléfilms, alors que personne ne le lui avait demandé : il a donné un réel coup de fouet à l’industrie cinématographique marocaine. Omar Salim me disait que Nour-Eddine Saïl faisait du cinéma à la télévision, et il avait raison. C’est peut-être ce qui a poussé les autorités à le propulser à la tête du CCM.

“Nous pensions tous qu’il finirait ministre de la Communication”

Brahim Sallaki

C’était un personnage haut en couleur, son maître-mot était l’efficacité. À son époque, les gens arrivaient à 7 h 30 dans les bureaux, et venaient même le week-end. Il a introduit l’émission culinaire, d’où la grande vedette qu’est Choumicha aujourd’hui, la publicité matinale, les sitcoms, les retransmissions de championnats de football d’Italie, d’Espagne, et même la Champion’s League ! À l’époque, nous étions les maîtres absolus du satellite. C’était révolutionnaire : 2M pouvait se permettre de diffuser une cinquantaine de films par mois. Il y avait toujours quelque chose d’intéressant à regarder. D’ailleurs, nous pensions tous qu’il finirait ministre de la Communication.

Sa gestion du 16 mai 2003 nous avait tous impressionnés. Vous vous rendez compte, le logo de 2M sur Fox ? Les images de notre direct étaient reprises dans le monde entier. Ça, c’est une performance. Ceux qui disent que Nour-Eddine Saïl était dur n’avaient simplement pas le niveau suffisant pour travailler à son rythme.

C’était un bon vivant, qui aimait sortir, et qui ne vous laissait jamais régler l’addition. C’était aussi un sportif, puisque plus jeune, il a joué pour l’Association sportive de Salé, et gare à celui qui lui adressait la parole lorsque le Real Madrid venait de perdre un match !

Bien qu’il soit décédé, d’autres seront encore jaloux de sa vie. L’annonce de sa mort a provoqué une grande tristesse, même chez ses pires ennemis. Ce que l’on retient, c’est que 2M était une chaîne zombie avant son arrivée, et qu’il en a fait des merveilles. Nour-Eddine Saïl avait d’immenses ambitions pour le paysage audiovisuel marocain, que ce soit à la télévision, ou au cinéma. Dans nos mémoires, il sera toujours vivant, tant son héritage est incommensurable.”

à lire aussi

article suivant

Mohammed VI reçoit le ministre des Affaires étrangères émirati