L’affaire Bab Darna, un “coup de frein” à l’investissement immobilier

Si une grande partie des Marocains du monde rêvent ou espèrent un jour acquérir un bien dans le royaume, beaucoup sont aujourd’hui refroidis par les récentes affaires qui ont secoué le secteur. Retour sur la dernière en date, d’une ampleur inédite.

Par

Votre villa de rêve au prix d’un appartement.” C’était l’une des promesses du promoteur immobilier Bab Darna. Placardée sur d’immenses affiches publicitaires, sur les flyers des salons de l’immobilier de Bruxelles et Paris, et scandée dans des spots télévisés, elle a convaincu en un peu moins de dix ans près de 1200 clients. Séduits par l’offre alléchante du promoteur, tous ont accepté de signer des contrats de réservation avec acomptes, de 20 à 100% de la somme totale du bien. Puis les mois, et bientôt les années ont passé, sans que la moindre villa ne sorte de terre. Jusqu’à ce que les acheteurs s’impatientent, et demandent des comptes à la société. Mais dans les bureaux de vente posés sur les terrains des futures propriétés, personne. Du côté du promoteur lui-même, leurs questions sont restées sans réponse. Ses…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés