Loi anti-blanchiment des capitaux : l’UE attend Benabdelkader au tournant

La lutte contre le blanchiment des capitaux nécessite un renforcement de la législation en vigueur, conformément aux normes internationales. Au Parlement, la discussion du projet de loi soumis par le ministre de la Justice Mohamed Benabdelkader semble axée sur les répercussions d’une telle entreprise sur l’économie interne. Lecture juridique.

Par

Le ministre de la Justice et dépositaire du projet de loi sur la lutte contre le blanchiment des capitaux, Mohamed Benabdelkader. Crédit: Rachid Tniouni / TelQuel

Le projet de loi relative à la lutte contre le blanchiment des capitaux est l’un de ces textes très attendus de cette année parlementaire. Son horizon de promulgation vient de se profiler 8 mois après sa soumission à la Chambre des représentants. La discussion en première lecture au sein de la Commission de justice n’a été entamée, elle, que ce mardi 1er décembre. Le ministre de la Justice et dépositaire du texte, Mohamed Benabdelkader, a nié à cette occasion l’existence de diktats étrangers pour établir une loi anti-blanchiment. “Il n’y a pas de pression sur le gouvernement, et il suffit de revenir à la date d’approbation du projet de loi en Conseil de gouvernement et à la date à laquelle il a été renvoyé à…

article suivant

Les 10 commandements de la CGEM pour la mise en oeuvre du nouveau modèle de développement