États-Unis : Moderna s'apprête à demander l'autorisation d'utilisation de son vaccin anti-Covid-19

La société américaine de biotechnologie Moderna a annoncé qu'elle compte demander ce lundi aux régulateurs de la santé américains d'autoriser son vaccin anti-Covid-19 pour une utilisation d'urgence.

Par

Joel Saget / AFP

Les premières injections peuvent être effectuées dès le 21 décembre si le processus se déroule sans problème et que l’approbation est accordée, a indiqué le directeur général de la société, Stéphane Bancel, cité par la presse américaine.

Une fois la demande déposée, il appartiendrait à la Food and Drug Administration des Etats-Unis (FDA) de décider si le vaccin à deux doses fonctionne de manière suffisamment sûre pour être déployé auprès de millions de personnes.

à lire aussi

La demande de Moderna est basée sur des données qu’elle a également annoncées lundi, montrant que son vaccin est efficace à 94,1% et que son étude sur 30.000 personnes a satisfait aux critères scientifiques nécessaires pour déterminer si le vaccin fonctionne. La conclusion de l’ensemble de données est conforme à une analyse antérieure publiée le 16 novembre ayant révélé que le vaccin était efficace à 94,5%, indique-t-on.

Les nouvelles données ont également montré que le vaccin était efficace à 100% pour prévenir les maladies graves dues au coronavirus. Le vaccin a été développé en collaboration avec des chercheurs gouvernementaux du Centre de recherche sur les vaccins de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses.

20 millions de doses d’ici fin décembre

M. Bancel a déclaré que la société était « sur la bonne voie » pour produire 20 millions de doses d’ici la fin décembre, et entre 500 millions et un milliard en 2021. Chaque personne a besoin de deux doses, administrées à un mois d’intervalle, donc 20 millions de doses suffiront pour 10 millions de personnes.

Moderna est le deuxième fabricant de vaccins à demander une autorisation d’utilisation d’urgence. Pfizer qui a soumis sa demande le 20 novembre, a déclaré pouvoir produire jusqu’à 50 millions de doses cette année, dont environ la moitié aux États-Unis. Son vaccin nécessite également deux doses par personne.

Les premières injections des deux vaccins sont susceptibles de bénéficier à certains groupes jugés prioritaires, dont les personnels de la santé, les travailleurs essentiels ou encore les employés et les résidents des maisons de retraite.

article suivant

Rapport : le CESE plaide pour une politique d’innovation et une meilleure gestion du capital intellectuel