Vaccins Pfizer, Moderna, Sanofi, Spoutnik : au-delà des effets d’annonce, que faut-il retenir ?

Le point avec Marie-Paule Kieny, vaccinologue. Directrice de recherche à l’Inserm, elle est présidente du comité Vaccin Covid-19 mis en place par les ministères de la Recherche et de la Santé en France pour évaluer les candidats vaccins.

Par

Technicienne démarrant une cuve de mélange pour la production de vaccins. Crédit: Sanofi Pasteur/Flickr, CC BY-SA

Ces derniers jours, les communiqués de presse affluent des entreprises en course pour développer des vaccins contre le Covid-19. C’est d’abord l’alliance Pfizer et BioNTech qui annonçait avoir mis au point un vaccin efficace à 90 %. Puis, Moderna a communiqué que son vaccin est encore plus efficace avec 94,5 %. Le vaccin développé par la Russie : Spoutnik V n’est pas en reste, avec un taux de 92 % de protection. Depuis, BioNTech/Pfizer a annoncé les résultats finaux de leur étude de phase 3, avec des résultats portant à 95 % l’efficacité de leur vaccin.

L’entreprise française Sanofi-Pasteur, quant à elle, est un peu en retard sur ses concurrents, encore au stade des essais précliniques, mais semble suffisamment confiante pour lancer une production massive.

Différentes sociétés annoncent des taux d’efficacité de l’ordre de 90 %, voire 95 %, avez-vous été surprise ?

Marie-Paule Kieny : Ces taux d’efficacité ont été une excellente surprise pour tout le monde, notre communauté n’imaginait pas cet ordre de grandeur dès les premiers vaccins. Ce sont de très bonnes nouvelles. Cela nous permet d’envisager l’avenir avec optimisme, mais nous ignorons encore certains paramètres très importants.

Tout d’abord l’efficacité à long terme. Dans l’idéal, un vaccin doit protéger longtemps contre une maladie, et si possible pour toute la vie comme le vaccin contre la fièvre jaune. À ce stade, nous ne pouvons pas prédire le taux de protection après 3, 6, 12 mois ou plus.

“À ce stade, nous ne pouvons pas prédire le taux de protection du vaccin après 3, 6, 12 mois ou plus”

Marie-Paule Kieny, vaccinologue

La deuxième interrogation, très importante : les personnes âgées seront-elles bien protégées ? En effet, les formes graves et les décès se comptent principalement dans cette population, or la réponse immunitaire y est souvent moins efficace. Cela pourrait donc baisser l’efficacité du vaccin. Les résultats préliminaires annoncés par les deux entreprises ne semblent pas indiquer de différences significatives selon l’âge, mais ces données restent à valider.

Nous attendons donc la publication des résultats complets des études dans des revues à comité de lecture pour pouvoir analyser finement les données de protection et de sécurité.

Les vaccins Pfizer et Moderna reposent sur une nouvelle technologie, celle des vaccins à ARN, quelles en sont les spécificités ?

La plupart des vaccins consistent en l’administration d’un virus tué par un traitement chimique, d’une forme atténuée (non pathogène) de ce virus ou d’une petite partie de celui-ci : il est donc impossible à l’agent pathogène de se reproduire. Le but est de préparer une réponse immunitaire efficace en cas de contact avec le “vrai” virus.

La technologie des vaccins à ARN est différente : l’idée est ici d’injecter le matériel génétique du virus, puis nos cellules se chargeront de produire une ou plusieurs protéines virales, lesquelles seront reconnues par notre système immunitaire.

à lire aussi

Un inconvénient de cette technologie est que la molécule d’ARN en elle-même est fragile, c’est pourquoi Pfizer préconise de conserver son vaccin à une température de -70 °C. Cela pose donc des problèmes logistiques importants, mais je rappelle que des congélateurs permettant d’atteindre ces températures sont des outils classiques dans les laboratoires de recherche, il ne me semble donc pas, qu’en France, cela soit un problème insurmontable.

De son côté, Moderna a réussi à développer un vaccin stable plusieurs mois à -20 °C, et même 30 jours à la température d’un réfrigérateur (4 °C), voire 12 heures à température ambiante. On peut espérer que les développements technologiques mis en œuvre par BioNTech et Pfizer permettront dans l’avenir d’atteindre des conditions de conservations semblables à celles annoncées par Moderna.

Que savons-nous de la sécurité des vaccins ?

Pour le moment, les données de sécurité sont peu nombreuses. On connaît néanmoins la “réactogénicité” ou comment notre corps réagit à l’injection du vaccin : c’est le mal à la tête, la douleur ou le gonflement au niveau du bras, ou encore les nausées. On observe que les vaccins à ARNm sont assez réactogènes, plus par exemple que les vaccins contre la grippe, cela restant acceptable.

Ce que l’on ignore encore, ce sont les effets secondaires à plus long terme, qui apparaîtront forcément à mesure que le nombre de personnes vaccinées augmentera et avec le temps. Les autorités de santé seront très attentives à cela. Aux États-Unis, la FDA (Food and Drug Administration) a par exemple exigé que les entreprises fournissent ces données sur au moins la moitié de la cohorte vaccinée, soit environ 10.000 personnes, avec au moins deux mois de recul. Ce suivi continuera bien sûr, et on aura des données consolidées environ 6 mois après la vaccination.

Pour quand peut-on espérer une mise sur le marché ?

Il faudra le feu vert des autorités de santé. BioNTech/Pfizer et Moderna devraient pouvoir fournir à la FDA ces données de sécurité à la fin du mois de novembre. On pourrait donc imaginer que si aucun élément problématique n’est relevé, l’autorisation de mise sur le marché arrive au mois de décembre.

Pour l’Europe, l’équivalent de la FDA est l’EMA (European Medecines Agency). Les procédures et les délais sont similaires. Une fois les autorisations délivrées, ce sera aux industriels d’être capables de fournir une énorme quantité de vaccins.

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Voici l’article original, signé Marie-Paule Kieny, directrice de recherche à l’Inserm

article suivant

Éthiopie : l’armée lance son offensive sur la capitale du Tigré