Aziz Akhannouch face à un “mouvement réformateur” au sein du parti

La maison RNI vit une rentrée politique des plus mouvementées. Le 3 octobre, le parti s’est prononcé sur la tenue d’un congrès extraordinaire par visioconférence, tandis que le “mouvement réformateur” interne avance ses pions.

Par

Des anciens du parti de la colombe critiquent une “logique d’entreprise” que la direction aurait adoptée depuis l’avènement d’Akhannouch. Crédit: MAP

Au Rassemblement national des indépendants (RNI), la vague de démissions collectives et individuelles du mois d’août dernier a laissé place à une nouvelle forme de fronde contre l’actuel leadership. Le 8 septembre, un “mouvement réformateur” a surgi au sein du parti, exigeant la tenue d’un congrès extraordinaire pour élire “un nouveau leadership sur une logique démocratique et non sur une politique du fait accompli qui divise le parti”. Les mécontents du RNI lancent dans la foulée une page Facebook, suivie aujourd’hui par environ 1300 personnes. Les photos du fondateur, Ahmed Osman, y sont omniprésentes, autant que celles de Mustapha Mansouri et Salaheddine Mezouar, successeurs du gendre de Hassan II à la tête du parti.

Flashback boycott

La tension est montée d’un cran le 14 septembre, lorsque l’actuel président Aziz Akhannouch a fixé la réunion ordinaire du Conseil national, le “parlement” du parti, au samedi 3…

article suivant

Israël et les Emirats arabes unis s'accordent sur une exemption de visas