Accusés de ne pas avoir déclaré leurs employés à la CNSS, Ramid et Amekraz peinent à trouver le bon justificatif

Le ministre d’État chargé des droits de l’Homme, Mustapha Ramid, et le ministre du Travail et de l’Insertion professionnelle Mohamed Amekraz ont vu fuiter des éléments de preuve de “non-déclaration” de leurs proches collaborateurs à la CNSS. Après une telle charge, leur stratégie de reprise en main s’annonce périlleuse.

Par

Deux ministres PJD dans la tourmente. Crédit: TelQuel

Deux figures de proue du PJD. L’un préside la Commission centrale pour l’intégrité et la transparence et l’autre dirige la Chabiba. Mustapha Ramid et Mohamed Amekraz sont malmenés par deux fuites qui, résolument, remettent en cause leur crédibilité en tant que membres du gouvernement. À commencer par le ministre d’État chargé des droits de l’Homme, réputé très proche de Saâd-Eddine El Othmani. Tout a commencé par un enregistrement qui a fait irruption sur la Toile dans la soirée du jeudi 18 juin. L’audio indique notamment que Mustapha Ramid “n’accorde pas les droits légaux à la secrétaire de son cabinet d’avocat à Casablanca”. Cela se manifeste particulièrement par “sa non-déclaration à la CNSS”. Annonçant son décès après une longue maladie,…

article suivant

4 juillet, 18h: 534 cas en 24 heures, 13 822 au total