[#Restart, ép. 6] Nicolas Kepel : “Les contrats PPP peuvent répondre aux attentes en matière d’infrastructures sociales”

Par Nicolas Kepel

De façon contre-intuitive, cette crise pourrait contribuer à catalyser un investissement massif et efficient dans les infrastructures, qu’elles soient marchandes ou sociales, estime Nicolas Kepel. D’où l’implication indispensable de l’Etat, à travers ses mécanismes d’investissement.

La relance par l’investissement public, une évidence

Nicolas Kepel, Ex-directeur stratégie et développement chez Jet Contractors, fondateur d’Add Equatio Maroc

Le principe de relance post-Covid-19 par l’investissement public dans les infrastructures sonne comme une évidence, tant cette manne est essentielle pour les quelque 4000 entreprises opérant dans le secteur de la construction. Avec des dépenses d’investissement ayant représenté en moyenne 20% du PIB au cours des dernières années (selon les données d’un rapport de la Banque Mondiale), l’Etat, directement ou à travers ses démembrements, est de fait le principal pourvoyeur d’activité du secteur. Cela étant, la transformation radicale des équilibres budgétaires, l’explosion de la dette publique et la dégradation des ratios afférents mettent sous extrême tension les programmes d’investissement public et les modes de financement qui prévalaient jusque-là. Pourtant, cette nouvelle donne, aussi complexe…

article suivant

Face à la gronde des étudiants médecins, l’Exécutif tente de calmer le jeu