Qu’en pense-t-elle ? Qu’aurait-elle fait ? L’opposition face au projet de loi 22-20

S’ils sont tous indignés par le contenu du projet de loi 22.20 relatif à l’utilisation des réseaux sociaux, des réseaux de diffusion et réseaux similaires, une motion de censure ne fait pas l’objet d’un consensus au sein des composantes de l’opposition. Les avis divergent également par rapport à leur réaction s’ils étaient au gouvernement.

Par

Abdellatif Ouahbi, Saâd-Eddine El Othmani et Mustapha Ramid, en décembre 2019. Crédit: Rachid Tniouni/Telquel

La “loi bavette”, comme l’ont appelée les internautes, a eu un effet certain sur le positionnement commun de l’opposition au gouvernement El Othmani. PAM, Istiqlal et PPS ont tous les trois exprimé des confluences quant à la nécessité de faire bloc face à une éventuelle adoption du 22.20. Mais jusqu’où sont-ils prêts à aller ?

Sur le pied de guerre

Nous avons d’ores et déjà commencé la coordination au niveau des groupes et groupements parlementaires, et notamment sur le plan politique. Les orientations données en ce sens sont effectivement de coordonner nos actions et nos initiatives sur différents points au Parlement”, déclare à TelQuel le SG du PAM, Abdellatif Ouahbi, assurant “l’attente des contributions de (leurs) groupes parlementaires”.

à lire aussi

Une donne que confirme le secrétaire général du PPS, Nabil…

article suivant

L'annonce de certaines mesures dernièrement ne signifie guère la levée de l’état d’urgence sanitaire (Laftit)