Le RNI se désolidarise à son tour du projet de loi 22-20

Suite à la réunion de son Bureau politique le 30 avril, le parti de la majorité a rejeté le contenu du projet de loi relatif aux réseaux sociaux, tout en regrettant la tournure qu'a prise le débat.

Par

Dans un communiqué rendu public le premier mai, le Rassemblement national des indépendants (RNI) s’est désolidarisé du projet de loi 22-20 relatif à l’utilisation des réseaux sociaux, dont une première version avait fuité en début de semaine sur la Toile. « Le Bureau politique, en suivant le débat sur le projet de loi 22.20 relatif à l’utilisation des réseaux sociaux, annonce qu’il n’acceptera à aucun moment, sous aucune influence, et dans aucun contexte, le recul sur les acquis de la constitution, que le Royaume a pu réaliser en ce qui concerne les droits et les libertés, ses champs d’application et ce qui en découle comme obligations », peut-on lire dans le communiqué qui a suivi la réunion du Bureau politique de 30 avril.

à lire aussi

Le parti de la majorité a cependant regretté la tournure qu’a prise ce débat, « en se basant sur des fuites amputées et des contre fuites comme seule source d’information, alors que le texte final fait encore l’objet d’examens et d’amendements par un comité ministériel. » « À cet égard, le Rassemblement national des indépendants appelle le chef du gouvernement à publier le texte approuvé afin que le Parti puisse exprimer sa position officielle en tant qu’organisation politique qui respecte le processus législatif dans un pays démocratique comme le Maroc », peut-on lire dans le communiqué.

Le parti de la colombe a aussi mis en garde « contre tout comportement susceptible de saper la crédibilité de l’institution gouvernementale et de la personne de son président. » Il considère également que « le fait de se soustraire à la responsabilité et de de blâmer les autres ne fera qu’augmenter la suspicion de l’opinion publique et saper le climat de mobilisation positive que vit notre pays. » L’USFP, parti auquel est affilié Mohamed Benabdelkader, ministre de la Justice dont le département est responsable du projet de loi, avait rejeté la responsabilité de la polémique sur la “propagande” du PJD.

article suivant

L'annonce de certaines mesures dernièrement ne signifie guère la levée de l’état d’urgence sanitaire (Laftit)