Zakya Daoud revisite la vie culturelle marocaine des années 60 à 80

Le dernier essai de Zakya Daoud est une passionnante rétrospective de la vie culturelle marocaine des années 1960 aux années 1980.

Par

Aux périodes de grande tension et de blocage politique, la culture est une échappatoire tant pour les lecteurs que pour les journalistes, elle féconde les esprits, calme et apaise les âmes”. Après avoir retracé “trente ans de journalisme”, dans la somme remarquable qu’était Les Années Lamalif (1958-1988), où elle faisait la synthèse des positions de la revue en politique, en économie, sur les questions sociétales et bien sûr en culture, sa rédactrice en chef Zakya Daoud y revient en s’intéressant cette fois spécifiquement à la vie culturelle dont la revue s’était faite l’écho. Littérature, peinture, cinéma, théâtre… dans cet essai fluide et dense, elle retrace la chronique des œuvres marquantes et des noms aujourd’hui illustres qui ont forgé la culture marocaine.

Lamalif, partis pris culturels, Zakya Daoud, Archives des Arts et Éditions de la Librairie des Colonnes, 280 p., 130 DH

Capter l’air du temps

[caption id= »attachment_1682202″ align= »alignright »…

article suivant

4 juillet, 18h: 534 cas en 24 heures, 13 822 au total