Chronique d’un confinement. Jour 14

Confinée dans son appartement parisien, notre chroniqueuse Fatym Layachi nous fait le récit quotidien d’une vie entre quatre murs.

Par

Jour 14. Le temps commence à être long.

Jour 14

Lundi 30 mars

La troisième semaine de confinement débute. Le temps commence à être long. Nous sommes passés à l’heure d’été ce week-end. Le soleil se couche plus tard.

Je ne suis pas sortie de mon appartement depuis une semaine. Les seuls humains que je vois pour de vrai sont mes voisins à leur fenêtre à 20 heures. Nous applaudissons ensemble tous les soirs. Nous remercions les soignants et tous ceux qui continuent de bosser pour nous. On se sourit aussi. Et avant de refermer nos fenêtres, on se souhaite de passer une bonne soirée.

Les autres, ceux que j’aime, ma famille et mes amis sont derrière des écrans. Ils me manquent. Je rêve de toucher. D’embrasser. De sentir. J’espère qu’à la fin du confinement je pourrai encore leur parler de vive voix, les serrer dans mes bras.

Leur parler d’autre chose que de nos quarantaines. Qu’on s’engueule autour d’une table. Ou juste être dans la même pièce.

article suivant

Lyautey, le royaliste