Moins de trois ans après son malaise, Abdelhak Nouri va mieux

Abdelhak Nouri, aujourd’hui âgé de 22 ans, avait été victime d’un grave malaise cardiaque lors d’un match amical en Autriche avec l’Ajax Amsterdam, disputé le 8 juillet 2017. Ce 26 mars, le frère du milieu de terrain néerlando-marocain a assuré qu’il allait mieux, bien qu’il reste fortement diminué.

Par

Juillet 2017, à Amsterdam, des messages de soutien à Abdelhak Nouri à proximité de l'hôpital où il est pris en charge. Crédit: AFP

Appie” se bat encore et redonne le sourire. Victime d’un accident cardiovasculaire grave en juillet 2017, Abdelhak Nouri va mieux, a annoncé son entourage jeudi 26 mars. “Il dort, mange, fronce les sourcils. Ce n’est pas pour autant qu’il arrive à se lever de son lit. Il est couché et reste très dépendant de nous”, a expliqué son frère Abderrahim au talk-show télévisé à grande audience De Wereld Draait Door.

Le joueur était plongé dans le coma, après un terrible accident survenu le 8 juillet 2017. Alors qu’il prenait part à un match de pré-saison avec sa formation de l’Ajax Amsterdam face au Werder Brême en Autriche, le joueur, alors âgé de 20 ans, est victime d’un malaise cardiaque, laissant présager le pire. Une ascension stoppée nette pour ce grand espoir du ballon rond, foudroyé par la maladie, avec de graves lésions cérébrales irrémédiables. L’événement avait suscité l’émotion et la solidarité du monde du football.

Une forme de communication

Des nouvelles deux ans et neuf mois après l’accident. “Une épreuve compliquée” pour la famille, avance le père du joueur, Mohamed, également présent sur le plateau. Le joueur vit aujourd’hui dans une maison spécialisée, à quelques encablures du domicile parental. Abdelhak Nouri, affectueusement surnommé “Appie” (petit singe) parvient à reconnaître ses proches et arrive à avoir quelques moments de communication avec eux.

“Appie a conscience d’où il se trouve. C’est bien pour lui qu’il soit dans un environnement familier”

Dans les bons moments, il y a une forme de communication, où il bouge les sourcils. Cela semble être comme un sport de haut niveau pour lui, détaille son frère Abderrahim. Et de poursuivre : Appie a conscience d’où il se trouve. C’est bien pour lui qu’il soit dans un environnement familier. Nous lui parlons, on l’intègre dans les conversations et on regarde le football avec lui.

D’autant que ce vendredi 27 mars, un livre sur la vie d’Abdelhak Nouri va paraître dans les librairies. Intitulé Abdelhak Nouri : un rêve brisé, cette biographie écrite par le confident de la famille et son avocat Khalid Kasem revient sur “l’histoire racontée de son point de vue, celui de sa la famille et des amis de Nouri, dont (ses coéquipiers, ndlr) Donny van de Beek, Steven Bergwijn et Frenkie de Jong”.

à lire aussi

L’occasion de revenir également sur les circonstances floues de l’accident et sa gestion par le club formateur, l’Ajax Amsterdam, où évoluent également les internationaux marocains Hakim Ziyech, Noussair Mazraoui et Zakaria Labyad. D’après le récit de l’avocat, l’attitude de l’Ajax a suscité une certaine “amertume” auprès de l’entourage du joueur qui demande à “trouver justice pour lui”.

La famille avait longtemps imputé la responsabilité au club ajacide, déplorant de ne pas avoir réalisé les soins appropriés lors de l’incident. L’Ajax a assumé sa part de responsabilité, par la voix son directeur général et ex-gardien international, Edwin Van der Sar : “À la suite de nouvelles informations, nous sommes arrivés à une nouvelle conclusion qui est que le traitement reçu par Abdelhak en Autriche n’était pas approprié. Nous endossons la responsabilité des conséquences résultant de ce qui est arrivé.”

Enfant du club

Une intervention du staff médical tardive, qui a mis un certain temps à utiliser le défibrillateur avant que la situation ne s’aggrave et que des lésions cérébrales s’en suivent. Autour de lui, une grande partie des jeunes joueurs qui composeront l’ossature de l’équipe demi-finaliste de Ligue des champions en 2018/2019 sont dévastés.

“Il faisait des choses que les autres ne pouvaient pas faire”

Wim Jonk, ancien formateur

Beaucoup ont connu les années en centre de formation, les joies et l’euphorie autour d’eux. Appie, lui, a rejoint l’Ajax à l’âge de 7 ans. Un enfant du club fortement attaché à l’institution ajacide. Et elle le lui rendait bien : durant sa brève carrière, il a été élu plus jeune meilleur joueur de D2 néerlandaise et était devenu la star des catégories de jeunes des Oranje, la sélection batave.

De quoi être considéré comme l’un des plus grands espoirs aux Pays-Bas. “Est-ce que Frenkie de Jong (locataire du FC Barcelone, passé par l’Ajax) est le plus grand talent que j’ai jamais vu ? Je pense immédiatement à Abdelhak Nouri, confiait Wim Jonk, un ancien formateur. Il faisait des choses que les autres ne pouvaient pas faire. Lors des rencontres de Youth League, c’est en partie grâce à lui que 3000-4000 personnes assistaient aux matchs.

Abdelhak Nouri avait alors choisi le numéro 34, comme un symbole, puisqu’il pensait qu’il jouerait avec la première équipe lors de la saison 17/18 et qu’il remporterait le 34e titre de champion avec l’Ajax. Joueur polyvalent au milieu de terrain, talentueux à souhait, son sort n’avait pas laissé indifférent.

Son tragique accident avait suscité une forte solidarité de la planète football. Supporters, coéquipiers et de nombreux autres joueurs avaient partagé des messages de soutien au joueur issu d’une famille marocaine installée aux Pays-Bas. L’occasion pour beaucoup, plusieurs mois après, d’exprimer leur soulagement sur l’état de santé de Appie.

article suivant

El Jadida : fuite d'une quantité limitée de gaz d'ammoniac au complexe industriel de Jorf Lasfar