Le premier roman de Mamdouh Azzam enfin traduit

Le premier roman du Syrien Mamdouh Azzam, enfin traduit 
en français, est un récit bouleversant sur les crimes du patriarcat.

Par

Salma se meurt, Salma est morte. Quand ils sont venus la chercher pour la ramener chez son oncle, elle savait qu’ils l’emmenaient “à la mort”. Elle savait que l’affrontement était “perdu d’avance”.

L’échelle de la mort Mamdouh Azzam, traduit de l’arabe (Syrie) par Rania Samara. Actes Sud Sindbad, 112 p., 170 DHCrédit: DR
  Mais elle ignorait avec quel sadisme et quelle perversité son clan mettrait à choisir son exécution. Son crime ? Avoir vingt ans, avoir aimé, elle qui vivait sous le toit d’une belle-mère haineuse et jalouse, abandonnée par un mari rustre parti fuir la misère en Amérique latine. Avoir défié l’ordre des al-Dhîb, d’un patriarcat qui autorise tout aux hommes et impose tout aux femmes. Elle devait mourir pour qu’ayant fait semblant d’être gens d’honneur, ils puissent continuer à s’adonner à leurs turpitudes.

Combats d’arrière-garde

Publié en 1989, Mi‘raj al-mawt a l’intensité d’une tragédie. Mamdouh Azzam le situe,…

article suivant

La filiale casablancaise des cinémas Pathé Gaumont se restructure et augmente son capital