Le masque sert-il vraiment à quelque chose ?

Face à la propagation rapide de l’épidémie de Covid-19 (coronavirus), les Marocains se procurent des masques chirurgicaux pour se protéger du nouveau virus. Ces masques sont-ils vraiment efficaces ? Faut-il les porter ? Et quand ? Les réponses. 

Par

DR

Il n’est pas recommandé pour les personnes saines de porter des masques, à l’exception de celles qui sont en contact avec des personnes suspectées d’être porteuses du Covid-19”, préconise Saâd Eddine El Othmani dans un tweet publié le 1er mars.

L’intervention du chef de gouvernement tente d’enrayer la psychose collective causée par la propagation rapide du coronavirus, et par la rupture de stock des masques chirurgicaux dans les officines.

En effet, plusieurs pharmaciens et industriels confirment à TelQuel la rupture de stock des masques chirurgicaux ainsi que la flambée de leur prix qui a “doublé, voire même triplé depuis le début de l’épidémie”. Mais dans quelle mesure ces masques sont-ils vraiment efficaces pour se protéger et protéger les autres ?

Une mesure de protection

Le Covid-19 se transmet par les gouttelettes de salives émises par le porteur de la maladie lors d’un éternuement ou d’une toux. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les contacts étroits avec une personne infectée sont nécessaires pour transmettre la maladie : même lieu de vie, contact direct à moins d’un mètre lors d’une toux, d’un éternuement ou une discussion en l’absence de mesures de protection. Les masques figurent alors parmi ces mesures de protection.

“Les patients porteurs du Covid-19 sont dans l’obligation de porter un simple masque chirurgical”

Mohamed Ouhaddous

Qui doit donc porter un masque ? “Les cas possibles et les cas confirmés”, précise Mohamed Ouhaddous, hygiéniste et membre du Comité de lutte contre les infections nosocomiales (CLIN) au CHU Ibn Rochd de Casablanca. “Les patients porteurs du Covid-19 sont dans l’obligation de porter un simple masque chirurgical. Celui-ci évitera l’éparpillement des gouttelettes de salive et donc la contamination de leur entourage”, explique-t-il. Les cas suspects sont également concernés par cette mesure préventive, et ce jusqu’à la fin de la période de mise en quarantaine.

à lire aussi

Le personnel soignant en contact direct avec les porteurs de Covid-19 ou avec des cas suspects est aussi tenu de porter un masque. Mais pas n’importe lequel. Selon l’hygiéniste, “les personnes en contact étroit avec le patient doivent porter un masque de protection respiratoire individuelle de type FFP2”. Ces masques sont destinés à protéger le porteur contre les risques d’inhalation d’agents infectieux transmissibles par voie aérienne. Ils le protègent a fortiori aussi contre le risque de transmission par gouttelettes.

Et pour s’assurer d’une bonne protection, le personnel soignant doit changer de masque plusieurs fois par jour, car la durée de protection des masques de type FFP2 varie entre trois et huit heures. En plus, une fois mis en place, le masque ne doit plus être touché. Une fois enlevé, il ne doit pas être réutilisé.

Le port “inutile” de masque

Partout dans le monde, et c’est également le cas pour le Maroc, les populations se procurent des masques de protection, surtout des masques de type chirurgical. Une bonne partie de ces masques circulent désormais sur le marché noir.

Sur les réseaux sociaux, plusieurs internautes proposent les proposent à quatre fois leur prix de vente en pharmacie. Contacté par TelQuel, l’un d’eux nous a proposé une boîte de 50 masques chirurgicaux à 200 dirhams. “C’est un prix fixe. Vu la demande du marché, je vous assure que je pourrais les vendre plus cher, et encore plus cher si j’arrive à les acheminer vers l’Italie ou la France”, explique notre interlocuteur.

Pourtant, les scientifiques sont assez clairs sur l’utilisation des masques chirurgicaux : “Le port de masques chirurgicaux est inutile pour les personnes saines, sauf pour le personnel médical au contact de patients contaminés”, souligne Mohamed Ouhadous. Et d’ajouter : “Ce type de masque ne filtre que les particules relativement épaisses, alors que les particules du Covid-19 sont relativement fines.” Selon une publication de The New England Journal of Medecine, le diamètre de ces particules virales est compris entre 60 et 140 nanomètres.

Qui plus est, l’utilisation par des personnes saines des masques de type FFP2, qui ont une meilleure capacité de filtrage, n’est pas recommandée. “Au Maroc, nous n’avons enregistré aucun cas. Les cas possibles (les cas qui présentent une infection respiratoire avec fièvre et qui ont voyagé ou séjourné dans une zone de transmission interhumaine de virus dans les 14 jours précédant l’apparition des symptômes, ndlr) sont identifiés à l’entrée du pays et mis en quarantaine”, précise l’hygiéniste. 

Misez (surtout) sur le lavage des mains

Il faut savoir que le virus ne se transmet pas par voie respiratoire, mais par gouttelettes. En plus, le virus peut vivre plusieurs heures sur les surfaces”, précise l’hygiéniste. Plus que le masque, la bonne prévention contre le Covid-19 consiste donc à se laver régulièrement les mains avec une solution hydroalcoolique ou à l’eau et au savon afin de tuer le virus s’il est présent sur les mains.

Il est aussi important de décontaminer les salles et les meubles en les “nettoyant régulièrement à l’aide d’un détergent et un désinfectant”, insiste Mohamed Ouhadous.

article suivant

Le tabagisme, facteur de protection ou d’aggravation de la Covid-19 ?