Hamza mon bb : Aïcha Ayach en détention préventive

La styliste de mode Aïcha Ayach a été transférée le 28 février à la prison des Oudayas à Marrakech. Elle sera poursuivie en état de détention préventive.

Par

Aïcha Ayach aurait momentanément administré les comptes Hamza mon bb. Crédit: aichaayach/Instagram

Arrêtée le 18 février aux Émirats arabes unis, la styliste de mode Aïcha Ayach sera poursuivie en état de détention préventive pour son implication présumée dans la gestion des comptes Hamza mon bb. Elle a été transférée vendredi 28 février à la prison des Oudayas, à Marrakech.

Aïcha Ayach aurait momentanément administré les comptes Hamza mon bb spécialisés dans la publication de scoops et photos à scandale. Elle est poursuivie pour “diffusion de photos et de propos d’individus sans leur consentement à travers un système informatique de données”, et “diffusion de faits mensongers dans le seul but de nuire à la vie privée des individus et diffamation”.

Liaisons dangereuses

La styliste de mode entretenait également des liens avec le policier condamné à dix mois de prison dans le cadre cette affaire. TelQuel Arabi dévoilait en janvier dernier le contenu d’un enregistrement d’une conversation entre les deux mis en cause. Le policier servait de taupe à Aïcha Ayach, celle-ci lui posait des questions sur l’affaire dont son service était chargé.

à lire aussi

Dans un autre enregistrement téléphonique détenu par la police, Aïcha Ayach dit vouloir offrir un parfum au policier. Celui-ci lui donne alors le nom de son parfum préféré.

Nayda F’Hollywood

Un mandat d’arrêt international a également été émis à l’encontre du journaliste people Simo Belbachir vendredi 28 février, pour son implication dans la gestion des comptes Hamza mon bb.

Le média le360, a choisi d’interrompre la diffusion de son émission Nayda F’Hollywood “en attendant que la réalité sur les liens du présentateur avec les comptes Hamza mon bb soit dévoilée par la justice ou qu’il soit innocenté des plaintes qui lui sont imputées”.

Pour rappel, Aïcha Ayach a également fait l’objet d’un mandat d’arrêt international et a pu être extradée grâce à une convention de coopération judiciaire entre le Maroc et les Émirats arabes unis, signée en avril 2016. Elle sera entendue par le procureur du roi lors d’une séance d’interrogation détaillée le lundi 23 mars prochain.

article suivant

30 mars, 8h : 37 nouveaux cas d'infection confirms, 517 au total