Abdessamad Dialmy : “Les Marocains n’arrivent plus à respecter la morale sexuelle islamique dans leurs pratiques sexuelles”

80% des 18-24 disent non aux relations sexuelles hors mariage entre deux adultes consentants. Ce sondage, mené par Sunergia et publié le 5 février par l’Economiste, n’a cessé de défrayer la chronique. Pour TelQuel, le sociologue Abdessamad Dialmy exprime son désaveu de la méthode et de l’intention.

Pour Abdessamad Dialmy, “ce choix de rester silencieux sur les pratiques sexuelles sert à débouter les défenseurs des libertés sexuelles et à légitimer le maintien de la pénalisation”. Crédit: AFP

A la lecture du sondage Sunergia/L’Économiste sur la sexualité des Marocains, je me suis d’abord interrogé sur la base de sondage à partir de laquelle l’échantillon a été établi. S’agit-il des 6257 personnes qui ont été contactées ? Au nom de quoi ces personnes constitueraient-elles une base de sondage objective ? A partir de cette base de sondage arbitraire, un échantillon de 1000 personnes ont été interrogées de façon aléatoire. Que veut dire ici “aléatoire” ?

Abdessamad Dialmy
Sociologue, professeur d’université et auteur de Transition sexuelle : entre genre et islamisme (2017) et Ville, sexualité et islamisme (2018).Crédit: DR

L’auteur de l’article/rapport du sondage veut-il dire que cet échantillon de 1000 personnes a été tiré de façon “aléatoire” au sens sociologique du terme ? C’est ce…

article suivant

PLF rectificative : Benchaâboun et l’insoluble “équation à six inconnus”