Les détails de l’affaire Tactical Steel qui ébranle Ahmad Ahmad (2/5)

Le mandat d’Ahmad Ahmad à la tête CAF qui touchera à sa fin en 2021 a été semé d’embûches, notamment avec l’affaire de l’équipementier Tactical Steel, qui lui a valu une garde à vue en France. TelQuel a pu consulter le rapport d’audit établi par PwC, qui lève le voile sur certains éléments de cette affaire. Les détails.

Par et

Dans le cadre de l’enquête autour de l’affaire Tactical Steel, le président de la CAF Ahmad Ahmad avait été interpellé à Paris au mois de juin 2019, avant d’être relâché sans poursuite. Crédit: AFP

En quête d’équipementier, en urgence, à quelques jours du coup d’envoi du Championnat d’Afrique des Nations (CHAN) 2018, la Confédération africaine de football (CAF) a opté pour une société française basée à Toulon et créée en juin 2016 avec un capital autorisé de 1.000 euros. Spécialisée dans la conception, la fabrication et la commercialisation d’équipement de gym, la société Tactical Steel a raflé “un contrat” avec la CAF pour approvisionner l’instance en équipements sportifs, kits d’arbitrage et ballons de football.

à lire aussi

L’accord entre les parties a ensuite suscité la controverse, au point que le président de la CAF, Ahmad Ahmad, a été placé en garde à vue lors d’un séjour à Paris, avant d’être relâché sans poursuites. Qu’en est-il réellement ? Et quels sont…

article suivant

Le doctorat fait-il encore rêver ? Regards croisés entre le Maroc et la France