Livres : ce qu’il faut découvrir au SIEL

La 26e édition du Salon international de l’édition et du livre de Casablanca deviendrait-elle un “salon multidisciplinaire” ? TelQuel est parti à la recherche de la production littéraire et des nouveautés à ne pas rater.

Par et

La 26e édition du Salon international de l’édition et du livre de Casablanca se poursuit jusqu’au 16 février. Crédit: TOUMI

A l’entrée de la Foire internationale de Casablanca, c’est le branle-bas de combat. Une enseignante tente, tant bien que mal, de contrôler un groupe d’écoliers qui trépignent d’impatience pour s’engouffrer dans l’imposant bâtiment. Des quinquagénaires grillent leurs cigarettes en faisant fièrement l’inventaire des livres achetés et ceux abandonnés “car trop coûteux” et un agent d’entretien aux aguets, à l’affût de tous gobelets, bouteilles en plastique vides ou mégots jetés indignement par terre. Bienvenue à la 26e édition du Salon international de l’édition et du livre de Casablanca, qui se poursuit jusqu’au 16 février. Sitôt passée la principale porte d’entrée, on est happé par la sempiternelle dynamique du lieu. Le salon grouille de monde, les différents haut-parleurs des conférences se font écho et la moquette verte n’a toujours pas été changée, du moins sur une partie du salon. Par contre, un grand effort a été déployé…

article suivant

PLF rectificative : Benchaâboun et l’insoluble “équation à six inconnus”