Histoire universelle de la connerie

Le dernier essai dirigé par Jean-François Marmion propose une époustouflante enquête sur la connerie à travers les âges et les civilisations.

Par

Le dernier essai dirigé par Jean-François Marmion propose une époustouflante enquête sur la connerie à travers les âges et les civilisations.

Mais par où commencer ?” s’interroge Jean-François Marmion, dans un édifiant avant-propos intitulé “Et le singe devint con”. Un an après sa remarquée Psychologie de la connerie, le sujet titille encore le psychologue, qui invite à nouveau d’éminents spécialistes au chevet de cette “mauvaise fée aux mille visages” indissociable de l’humanité, et dont il est persuadé qu’elle “creusera la tombe”.

Histoire universelle de
la connerie, sous la dir. de Jean-François Marmion, éd. Sciences Humaines, 496 p., 230 DH

Après les psychologues et sociologues, ce sont cette fois les historiens qui ont à en éclairer les innombrables facettes et à proposer “une tentative de débroussaillement, une exploration de contrées intimidantes car luxuriantes… en un mot, une enquête.” Et il fallait bien des sommités comme Paul Veyne, Bruno Dumézil, Martine Groult, Robert Sutton, membres du CNRS et du Collège de France, etc., pour embrasser une si vaste matière.

Phénomène universel

article suivant

Treize ans après la disparition de la petite Maddie, un Allemand suspecté de "meurtre"