Heetch vs Careem : la bagarre s'intensifie entre les applications de taxis

La lutte continue entre les deux acteurs du transport avec chauffeur, Heetch et Careem. Après avoir saisi le Conseil de la concurrence en avril 2019 contre Careem, Heetch continue de contester l’exercice de son concurrent qui opère sans agrément ministériel.

Par

Careem et Heetch, proches du carambolage ? Crédit: Victor Xok/unsplash

Lancée à Casablanca en novembre 2017, l’application Heetch de la société VTC éponyme aura mis pile un an à obtenir, auprès de la wilaya, son autorisation officielle d’exercer dans la capitale économique. Lentreprise française bénéficie donc d’un agrément du ministère de l’Intérieur pour déployer son service, en coopération avec les taxis des villes dans lesquelles elle opère (5000 taxis travaillent avec Heetch Maroc), ce qui n’est pas le cas de son principal rival Careem, racheté à 100 % par le géant américain Uber pour près de 30 milliards de dirhams en mars 2019. Un mois plus tard, Heetch a saisi le Conseil de la concurrence pour protester contre le modus operandi illégal de son concurrent utilisant le système de VTC (véhicule de transport avec chauffeur) sans agrément ministériel, comme l’oblige pourtant la loi.

à lire aussi

Distorsion de concurrence

Contacté au sujet du litige qui le…

article suivant

Le gouvernement suspend l'organisation des festivals et des manifestations culturelles