Khalid Zerouali : 74.000 tentatives d'immigration clandestine avortées en 2019

Bilan de la gestion des flux migratoires, réseaux de trafiquants démantelés, aides européennes... le point avec Khalid Zerouali, Gouverneur chargé de la migration et de la surveillance des frontières au ministère de l’Intérieur.

Par

Khalid Zerouali est wali et directeur de l’immigration et de la surveillance des frontières au ministère de l’Intérieur. Crédit: AFP

Quelque 74.000 tentatives d’immigration irrégulière à destination du voisin espagnol ont été empêchées par les autorités marocaines en 2019, révèle à l’AFP Khalid Zerouali, gouverneur chargé de la migration et de la surveillance des frontières au ministère de l’Intérieur.

Quel est le bilan de la gestion des flux migratoires en 2019 ?

En 2019, le Maroc a renforcé son dispositif de lutte contre les réseaux de trafic, parce que la pression qu’on avait sentie en 2017 et 2018 est restée soutenue. Notre bilan est très positif puisqu’on a pu réduire les arrivées sur les côtes espagnoles d’environ 60 %.

Cela ne veut pas dire que la pression de notre côté a baissé. L’an dernier, environ 74.000 tentatives d’immigration irrégulière vers l’Espagne (contre 89.000 en 2018, ndlr) ont pu être avortées par nos services d’ordre. Depuis quelques années, ces flux irréguliers ont été réorientés, de la route centrale qui passait par la Libye, vers le Maroc. On a aussi démantelé 208 réseaux de trafiquants, contre 229 une année auparavant.

Les aides apportées par l’UE et l’Espagne ont-elles contribué à cette baisse ?

Le Maroc a, pendant de longues années, travaillé avec ses propres moyens. Entre 2004 et 2015/2016, nous avons pu tarir de plus de 90 % les flux migratoires vers les côtes espagnoles. En 2018, il y a eu cette pression et nous avons initié une coopération, que nous estimons aujourd’hui très positive, avec notre partenaire l’Union européenne. Elle s’est traduite par un appui en 2019 de 140 millions d’euros, dont 70 millions en appui budgétaire. C’est un début.

à lire aussi

Tout dernièrement, nous avons signé un autre accord qui porte sur 100 millions d’euros. Pour nous c’est un très bon démarrage puisque ça nous permet de travailler en étroite collaboration. Mais ce n’est pas suffisant. Le Maroc dépense plus qu’il ne reçoit. Mais nos partenaires européens l’assurent : nous sommes en train de nous inscrire dans une logique de partenariat gagnant-gagnant.

Des associations de droits humains critiquent un durcissement, des démantèlements brutaux de campements et des arrestations arbitraires. Un commentaire ?

Notre action sécuritaire ne vise pas le migrant parce que nous estimons qu’il est une victime. Notre action vise surtout les réseaux de trafiquants de personnes qui n’hésitent pas à profiter de la vulnérabilité de ces migrants. Ils les exploitent et demandent toujours plus de fonds à leurs familles.

article suivant

31 mars, 21h : 15 nouveaux cas d'infections confirmés, 617 au total