Hassouna Mosbahi : Une histoire tunisienne

Le romancier tunisien Hassouna Mosbahi est traduit pour la première fois en français, avec un roman désespéré sur une jeunesse sans avenir.

Par

Journaliste et traducteur, Hassouna Mosbahi est l’auteur d’une quinzaine de romans et recueils de nouvelles. Il a reçu le prix Mohamed Zafzaf de la fiction en 2016. Crédit: DR

Les volcans qui me brûlaient les entrailles se sont éteints, leurs brasiers ne me consument plus de l’intérieur, et me voilà aussi froid qu’un cadavre”, confie Alaeddine du fond de la cellule où il attend son exécution pour avoir assassiné sa mère. Sa seule satisfaction : avoir déjà quitté ce monde qui ne lui a pas fait de cadeau et qui ne lui inspire aucun regret. Ce jeune homme, tôt orphelin, s’est retrouvé seul avec sa mère dans un quartier misérable de Tunis.

Pas de deuil pour ma mère Hassouna Mosbahi, traduit de l’arabe (Tunisie) par Boutheïna Ayadi Elyzad, 256 p., 260 DHCrédit: DR
Études abandonnées, petits boulots, frustrations et privations de toutes sortes… il n’avait pour tout horizon que la froideur de sa mère insatisfaite de sa vie, que la calomnie des voisins en réponse au mépris qu’ils inspiraient à cette belle femme inaccessible. De l’au-delà, Nejma, la…
article suivant

La filiale casablancaise des cinémas Pathé Gaumont se restructure et augmente son capital