Remue-ménage de début d'année dans les relations Rabat-Madrid

La crise à Sebta et la volonté marocaine de délimiter ses eaux territoriales sont venues réveiller les vieilles rancœurs qui ont longtemps agité la relation entre le Maroc et l’Espagne. Pour sa première visite au Maroc en tant que ministre des Affaires étrangères, Arancha González Laya a joué l’apaisement, quand Nasser Bourita a réaffirmé son ouverture au dialogue.

Par

La ministre espagnole des Affaires étrangères Arancha González Laya, lors d'un point-presse avec son homologue marocain, Nasser Bourita. Crédit: MAP

Serait-on en train d’assister à un refroidissement des relations entre Rabat et Madrid ? Promis à un regain de coopération il y a encore quelques mois, les liens entre le Maroc et l’Espagne traversent une zone de turbulence. La faute à deux fronts récurrents que l’on pensait tassés, du moins dans les dires : la question de la délimitation des eaux territoriales et le cas des présides Ceuta et Melilla. Des points considérés comme tout simplement “oubliés” par le Parti populaire de Ceuta (PP, conservateur) lors de la rencontre entre la ministre espagnole des Affaires étrangères Arancha González Laya et son homologue marocain, Nasser Bourita, le 24 janvier. “Où est la loyauté institutionnelle du gouvernement central à l’égard du statut de Ceuta, comme il l’a fait…

article suivant

Droits TV CAF : un marché injustement attribué, et un contrat à “durée indéterminée” (5/5)