Pensant rallier l'Europe, des migrants marocains arrivent en Côte d'Ivoire

Des mineurs marocains, candidats à l’exil en Europe, se sont retrouvés en Côte d’Ivoire après être montés à bord d’un bateau à Casablanca sans connaître la destination du navire.

Par

Les 13 jeunes candidats au hrig, à l'aéroport d'Abidjan. Crédit: Abdelmalek Kettani/Facebook

Les revoilà à la case départ. Ce 31 décembre au petit matin, 13 ressortissants marocains sont arrivés à l’aéroport Mohammed-V de Casablanca.

Un fait jusque-là anodin, si ce n’est que le petit groupe a mis fin à un périple où rien ne s’est vraiment passé comme prévu. Candidats au hrig, jusqu’à franchir le pas en fin de semaine dernière pour tenter de rallier l’Europe comme d’autres avant eux, ces derniers ont vécu un calvaire une fois arrivés à… Abidjan, entre incarcération et inquiétudes des proches.

Destination inconnue

Une arrivée loin d’être à bon port. Dans la nuit du mercredi 18 décembre, de jeunes Marocains désireux de gagner l’Europe se rendent au port de Casablanca. Ils sont un petit groupe de 13, tous adolescents, entre 16 et la vingtaine d’années. De là, ils parviennent à se hisser dans un navire de la compagnie maritime Grimaldi Lines, sans réellement savoir où l’embarcation se rend.

C’est que les embarcations de cet armateur napolitain se destinent à desservir les principaux ports du continent, en Afrique de l’Ouest notamment, en partance d’Anvers ou du Havre. L’embarcation quitte alors le port marocain, direction la Côte d’Ivoire.

Repérés par les membres de l’équipage dans un premier temps, ils ont pu joindre leurs parents pour les rassurer, indique une vidéo publiée par ChoufTV, dans laquelle l’entourage des jeunes garçons témoigne. “Ce sont des jeunes qui rêvent depuis toujours de quitter le pays”, estime un proche dans la vidéo, qui évoque des jeunes “bien élevés” mais “victimes de la société et qui n’ont pas eu accès une éducation de qualité”.

Détention désastreuse

Reste qu’une fois arrivés à Abidjan, le 26 décembre en fin d’après-midi, le groupe s’est retrouvé dans “une situation de détention désastreuse”, relate une mère de jumeaux âgés de 16 ans, qui en appelait alors au roi pour aider ses enfants. Cette dernière indique que les gardiens de prison sur place ont suggéré aux adolescents de “boire leur urine” s’ils voulaient se nourrir et s’hydrater, car “ils n’avaient pas de nourriture”.

Rapidement, des clichés se propagent sur les réseaux sociaux montrant les jeunes garçons peu vêtus, détenus dans des conditions plus qu’austères. “Ils ont été retenus au centre de rétention du port d’Abidjan”, nous fait savoir Abdelmalek Kettani, ambassadeur du Maroc en Côte d’Ivoire.“Je suis intervenu personnellement auprès du préfet d’Abidjan pour les faire changer de lieu.

Sur les réseaux sociaux, on s’indigne rapidement des conditions de détentions des jeunes marocains. L’attitude des autorités ivoiriennes a vivement fait réagir, notamment venant d’un “pays considéré comme frère”.

La détention a duré quatre jours. Un point corroboré par un communiqué de presse de l’ambassade du royaume en Côte d’Ivoire, qui relate “l’intervention rapide” des autorités marocaines pour “améliorer les conditions de garde à vue des personnes concernées”. Les mineurs ont pu être transférés à la préfecture de police d’Abidjan, “des locaux neufs”, souligne Abdelmalek Kettani.

Communiqué de l'Ambassade du Royaume du Maroc en Côte d'IvoireL’ambassade du Royaume du Maroc en République de Côte…

Publiée par Abdelmalek Kettani sur Lundi 30 décembre 2019

Entre-temps, le vendredi 27 décembre, des laissez-passer sont enfin délivrés aux ressortissants marocains. Lundi 30, les précieux sésames, nécessaires à leur retour au Maroc, sont prêts. “On ne pouvait pas aller plus vite car le billet d’avion dépendait de la société qui devait émettre les billets”, détaille l’ambassadeur, précisant que les agents de l’ambassade se rendaient “deux fois par jour” auprès des jeunes pour s’assurer de leur état de santé et apporter boissons, vêtements, et le nécessaire pour leur hygiène corporelle et personnelle.

C’est ainsi qu’ils ont pu quitter le territoire ivoirien, ce lundi 30 décembre dans la nuit, à bord d’un avion de la Royal Air Maroc. 

Nos jeunes compatriotes à l'aéroport d'abidjan en partance pour la mère patrie après leur escapade Ivoirienne.Bon vent les jeunes et je vous souhaite une belle année 2020 dans notre beau pays.

Publiée par Abdelmalek Kettani sur Lundi 30 décembre 2019

Pendant que vous êtes là…

Pour continuer à fournir de l’information vérifiée et approfondie, TelQuel a besoin de votre soutien à travers les abonnements. Le modèle classique de la publicité ne permet plus de financer la production d’une information indépendante et de qualité. Or, analyser notre société, réaliser des reportages et mener des enquêtes pour montrer le Maroc « tel qu’il est » a bel et bien un coût.

Un coût qui n’a pas de prix, tant la presse est un socle de la démocratie. Parce qu’à TelQuel nous en sommes convaincus, nous avons fait le choix d’investir dans le journalisme, en privilégiant l’information qui a du sens plutôt que la course aux clics. Pour cela, notre équipe est constituée de journalistes professionnels. Nous continuons aussi à investir dans des solutions technologiques pour vous offrir la meilleure expérience de lecture.

En souscrivant à une de nos formules d’abonnement, vous soutenez ces efforts. Vous accédez aussi à des avantages réservés aux abonnés et à des contenus exclusifs. Si vous êtes déjà abonné, vous pouvez continuer à encourager TelQuel en partageant ce message par email


Engagez-vous à nos côtés pour un journalisme indépendant et exigeant

article suivant

Cannabis : les recommandations du CESE à l’épreuve des réalités socio-économiques