Nabila Mounib: “Sans métamorphose générale, on risque de faire face à la révolution des affamés”

Smyet bak ? El Haj Ahmed. Smyet mok ? Khadija. Nimirou d’la carte ? B425506. Vous avez récemment déclaré que la Commission spéciale sur le modèle de développement ne présentera “aucun projet viable pour stopper l’hémorragie de la corruption politique et économique”. C’est votre côté nihiliste ? Je ne suis pas nihiliste, je suis au contraire une personne logique et rationnelle. Cette Commission a été formée, mais elle pose tout de même beaucoup de questions. Dans quel cadre va-t-elle évoluer ? Est-ce qu’elle tablera sur le modèle économique ou sur une approche plus globale du développement ? Sur une refonte du modèle politique ? La Commission prendra-t-elle à bras-le-corps les questions des libertés, des droits, d’une certaine justice sociale ? Va-t-elle attester que le Maroc n’est pas un État démocratique pour espérer construire un projet viable ? À mon sens, réfléchir à la question de la démocratie est une entrée fondamentale à tout projet de société. Si nous n’avons pas d’institutions fortes capables de mettre en œuvre des orientations claires, ce n’est même pas la peine…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés