Une commission royale pour le nouveau modèle de développement

Mohammed VI a annoncé le 12 octobre dans son discours devant le Parlement qu’une « commission ad hoc » serait mise en place pour synthétiser la réflexion sur un nouveau modèle de développement et en présenter un avant-projet. Contexte et indiscrétions.

Par

Le roi Mohammed VI assiste en 2014 à une session de l'Assemblée constituante tunisienne, à Tunis en 2014. Crédit: AFP PHOTO / FETHI BELAID

Le 13 octobre 2017 devant le Parlement, le roi Mohammed VI invitait l’ensemble des institutions à « reconsidérer notre modèle de développement pour le mettre en phase avec les évolutions que connaît le pays, » l’actuel s’avérant « inapte à satisfaire les demandes pressantes et les besoins croissants des citoyens, à réduire les disparités catégorielles et les écarts territoriaux et à réaliser la justice sociale ». Mohammed VI prônait alors un « processus de réflexion » dans une approche « participative ». Il inscrivait alors cet exercice dans la lignée d’autres « problématiques nationales majeures, comme la révision de la Constitution et la régionalisation avancée ». Un an plus tard, le 12 octobre, devant la même assemblée, Mohammed VI décrète que la période de réflexion a assez duré. « Certaines institutions et instances concernées, ainsi qu’un nombre d’acteurs et de compétences au niveau national, ont pris la…

article suivant

Reprise partielle de la distribution du magazine TelQuel