Les députés suggèrent un fonds pour appliquer les jugements contre l’Etat

Les députés suggèrent un fonds pour appliquer les jugements contre l’Etat

Alors que l’article 9 du PLF sur l’insaisissabilité des biens de l’Etat fait polémique, les parlementaires de la majorité gouvernementale ont proposé des amendements pour encadrer cette mesure.

Par

Le ministre des Finances, Mohamed Benchaâboun, en commission des finances à la Chambre des représentants. Crédit: Rachid Tniouni/TELQUEL

Les groupes de la majorité gouvernementale ont présenté des amendements à l’article 9 du PLF 2020. Cet article dispose que “les biens et les fonds de l’Etat ne peuvent faire l’objet de saisie”. En clair, si un juge prononce un verdict en faveur d’une tierce personne contre l’Etat, ce jugement ne pourra être appliqué en saisissant directement un bien ou un compte bancaire appartenant à l’Etat. Selon les amendements proposés par la majorité gouvernementale, les décisions judiciaires à l’encontre de l’Etat et des collectivités territoriales ne peuvent être mises en œuvre que selon plusieurs conditions.

Les différents amendements

D’abord, l’exécution des dépenses doit être effectuée dans les limites des crédits ouverts au budget de l’exercice en cours, dans un délai de 90 jours à compter de la date de notification de l’exécution (il est à noter que l’article 9 du Projet de Loi de Finances limite ce délai à 60 jours à compter de la notification de la décision judiciaire).

Si les fonds nécessaires à l’exécution du jugement ne sont pas disponibles ou sont insuffisants, l’administration doit recourir à un transfert de fonds nécessaires, conformément aux termes et conditions précisés dans un texte réglementaire. Et si nécessaire, à l’ouverture de crédits supplémentaires au cours de l’année en cours, conformément aux dispositions de l’article 42 de la loi organique relative à la Loi de Finances et de ses textes réglementaires.

L’article 42 de la loi organique dispose que “sont ouverts au titre du budget général : le chapitre des dépenses imprévues et des dotations provisionnelles, qui n’est affecté à aucun service”. Des prélèvements peuvent être opérés en cours d’année sur ce chapitre pour assurer, par un crédit complémentaire, “la couverture de besoins urgents ou non prévus lors de l’établissement du budget”, ainsi que “des dépenses relatives aux remboursements, dégrèvements et restitutions fiscaux.”

Enfin, les parlementaires de la majorité proposent l’ouverture des fonds nécessaires à l’exécution desdites dépenses lors du prochain exercice et, le cas échéant, la deuxième ou la troisième année suivante, dans la limite des montants alloués.

à lire aussi

Les groupes de la majorité estiment que “l’exécution obligatoire, notamment la saisie de crédits inscrits au budget général de l’Etat, de comptes spéciaux ou de comptes de trésorerie en cours, ne peut être exécutée avant l’expiration d’un délai de trois ans à compter de la date de l’avis d’exécution”.

Afin de garantir l’application des peines contre l’Etat, les parlementaires de la majorité ont appelé à la création d’un fonds appelé “Fonds de mise en œuvre des jugements contre l’Etat et les collectivités territoriales”.

Par Mokhtar Omari de TelQuel Arabi

 

Pendant que vous êtes là…

Pour continuer à fournir de l’information vérifiée et approfondie, TelQuel a besoin de votre soutien à travers les abonnements. Le modèle classique de la publicité ne permet plus de financer la production d’une information indépendante et de qualité. Or, analyser notre société, réaliser des reportages et mener des enquêtes pour montrer le Maroc « tel qu’il est » a bel et bien un coût.

Un coût qui n’a pas de prix, tant la presse est un socle de la démocratie. Parce qu’à TelQuel nous en sommes convaincus, nous avons fait le choix d’investir dans le journalisme, en privilégiant l’information qui a du sens plutôt que la course aux clics. Pour cela, notre équipe est constituée de journalistes professionnels. Nous continuons aussi à investir dans des solutions technologiques pour vous offrir la meilleure expérience de lecture.

En souscrivant à une de nos formules d’abonnement, vous soutenez ces efforts. Vous accédez aussi à des avantages réservés aux abonnés et à des contenus exclusifs. Si vous êtes déjà abonné, vous pouvez continuer à encourager TelQuel en partageant ce message par email


Engagez-vous à nos côtés pour un journalisme indépendant et exigeant

article suivant

Trois questions à Said Mouline, directeur général de l'Agence marocaine de l'efficacité énergétique

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.