L'ONU dans le rouge, menacée de fin de mois difficile

L'ONU dans le rouge, menacée de fin de mois difficile

Le budget de fonctionnement de l'ONU est dans le rouge depuis fin septembre pour 230 millions de dollars et "les dernières réserves de trésorerie risquent d'être épuisées d'ici à la fin du mois", a affirmé le 7 octobre le secrétaire général de l'organisation Antonio Guterres.

Par

Crédit : AFP

Pour garantir le paiement des salaires jusqu’à la fin de l’année, des mesures devront être prises, précise-t-il dans une missive destinée au personnel (environ 37 000 personnes travaillent pour le secrétariat de l’ONU) et obtenue par l’AFP. Afin de limiter les dépenses au cours du dernier trimestre, Antonio Guterres évoque notamment la possibilité de reporter des conférences et des réunions, et de revoir à la baisse les services à fournir.

Des instructions ont aussi été données pour restreindre les voyages officiels aux activités les plus essentielles, procéder à des reports d’achats de biens et de services et à des économies d’énergie. “A ce jour, les Etats membres n’ont versé que 70 % du montant total nécessaire aux activités inscrites au budget ordinaire de 2019”, indique le secrétaire général au sujet de ces problèmes de trésorerie. Il précise avoir “écrit aux Etats membres le 4 octobre pour leur expliquer que les activités financées au moyen du budget ordinaire sont à un stade critique”.

Selon un responsable de l’ONU s’exprimant sous anonymat, Antonio Guterres avait réclamé au printemps aux Etats membres de pouvoir augmenter son fonds de roulement pour avoir un peu de marge et ne pas connaître de problème de trésorerie. Mais ces derniers ont refusé.

Le budget de fonctionnement de l’ONU pour la période 2018-2019, séparé des crédits pour les opérations de paix, avoisine les 5,4 milliards de dollars. Les Etats-Unis en paient 22 %. “Ce sont les Etats membres qui sont responsables de la santé financière de l’Organisation”, rappelle Antonio Guterres dans sa lettre, en évoquant implicitement les pays qui ne payent pas leur contribution ou en retard, mettant à mal la trésorerie onusienne.

Selon des sources onusiennes, les mauvais payeurs accusant des retards dans le versement de leurs contributions sont les Etats-Unis, le Brésil, l’Argentine, le Mexique et l’Iran.

Pendant que vous êtes là…

Pour continuer à fournir de l’information vérifiée et approfondie, TelQuel a besoin de votre soutien à travers les abonnements. Le modèle classique de la publicité ne permet plus de financer la production d’une information indépendante et de qualité. Or, analyser notre société, réaliser des reportages et mener des enquêtes pour montrer le Maroc « tel qu’il est » a bel et bien un coût.

Un coût qui n’a pas de prix, tant la presse est un socle de la démocratie. Parce qu’à TelQuel nous en sommes convaincus, nous avons fait le choix d’investir dans le journalisme, en privilégiant l’information qui a du sens plutôt que la course aux clics. Pour cela, notre équipe est constituée de journalistes professionnels. Nous continuons aussi à investir dans des solutions technologiques pour vous offrir la meilleure expérience de lecture.

En souscrivant à une de nos formules d’abonnement, vous soutenez ces efforts. Vous accédez aussi à des avantages réservés aux abonnés et à des contenus exclusifs. Si vous êtes déjà abonné, vous pouvez continuer à encourager TelQuel en partageant ce message par email


Engagez-vous à nos côtés pour un journalisme indépendant et exigeant

article suivant

TelQuel recrute des Product Managers

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.