Rachid Taha, homme de couleurs

Sorti le 20 septembre, Je Suis Africain est l’album testamentaire du charismatique chanteur franco-algérien disparu il y a un an. Un dix-titres où les styles musicaux s’enlacent, où les textes nous parlent à voix haute. Une œuvre aussi déterminante que magistrale.

Par

Dans le clip de “Je suis Africain”, on croise Aimé Césaire, Bob Marley, Jimi Hendrix, Kateb Yacine, Jacques Derrida, La Kahina, Nelson Mandela et bien d'autres figures. Crédit: DR

L’opus est une sorte de round up d’une carrière méchamment abrégée le 12 septembre 2018. Rachid est arraché à ses rêves en plein sommeil, mais garde le dernier mot. L’album est quasi terminé après un enregistrement en 2017 au Mali et un sérieux désappointement de santé. Le rocker souffre depuis longtemps de la maladie de Chiari, une malformation silencieuse qui touche le cervelet et qui coûte au chanteur une semi-paralysie du bras gauche et de la hanche. Tenace, Taha ne lâche rien. Ni sa fougue pour le verbe et les sons, ni son addiction à la fête et aux délires vespéraux ou nocturnes. Ce sont ces ingrédients qui concoctent le beau et douloureux Je Suis Africain, écrit par Rachid et composé par Toma Feterman du groupe La Caravane Passe. Deux années d’élaboration, de sessions studio au rythme des neurones…

article suivant

L’histoire du Maghreb vus par Laroui