Amal El Fallah Seghrouchni: “L'intelligence artificielle peut contribuer à rétablir des injustices entre les genres”

Ancienne élève du lycée Omar Al Khayyam de Rabat, Amal El Fallah Seghrouchni dirige depuis 2006 une équipe de recherche en intelligence artificielle (IA) à Sorbonne Université, à Paris. Cette Marocaine brillante, qui s’est intéressée à l’IA bien avant qu’elle ne soit dans l’air du temps, livre à TelQuel ses inquiétudes et ses espoirs liés au digital.

Par

Amal El Fallah Seghrouchni est l’une des rares spécialistes marocaines dans le domaine de l’intelligence artificielle (IA). Après avoir obtenu son doctorat en IA à l’Université Marie Curie en 1991 suite à un passage par l’École des Ponts et Chaussées, elle prodigue depuis 17 ans son expertise aux élèves de la Faculté des sciences et de l’ingénierie de Sorbonne Université, à Paris. Spécialiste de l’étude des comportements individuels et collectifs, l’ingénieure a également su cultiver des connaissances dans le domaine des villes intelligentes et de la smart mobility (mobilité intelligente). Autant de ressources que cette native de Rabat souhaite mettre au service du Maroc, comme en témoigne son “plan de développement pour une IA…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés