Faillite de Thomas Cook : Malgré la crise, l'ONMT se veut optimiste

Après l'annonce de la faillite du tour opérateur britannique Thomas Cook le 23 septembre, l'Office national marocain du tourisme (ONMT) a voulu éclaircir la situation. Dans un communiqué publié après une réunion de crise au ministère, l'Office apporte quelques précisions chiffrées.

Par

Adel EL FAKIR-Directeur Général de l'ONMT Crédit: DR

Dans un communiqué publié le 24 septembre au lendemain de l’annonce de la faillite du tour opérateur britannique Thomas Cook, l’Office national marocain du tourisme (ONMT) apporte des éclaircissements quant aux répercussions sur le secteur touristique marocain.

D’emblée, l’ONMT minimise l’impact de la nouvelle en rappelant que “Thomas Cook a vu ses parts de marché au Maroc se rétrécir année après année, au profit des nouveaux entrants notamment les tour-opérateurs online”.

Cependant l’ONMT reconnait que Thomas Cook “figurait parmi les principaux acteurs du tourisme international au Maroc”. Ce dernier était d’ailleurs en contrat avec l’ONMT sur un objectif de touristes à apporter au Maroc. “Son objectif contractuel avec l’ONMT en 2019 était chiffré à 102.000 clients tous marchés confondus, avec la mise en place en propre de 50.000 sièges aériens charters dédiés exclusivement à sa clientèle britannique et belge,” lit-on dans le communiqué.

Aussi, l’ONMT estime que “ce sont quelques milliers de clients que cette situation risque de faire perdre au Maroc pour cette année 2019, puisqu’à date, le voyagiste avait déjà réalisé 60% de ses objectifs en termes de clients et 90% des objectifs de sièges aériens”.

Thomas Cook étant le plus ancien tour opérateur au monde, bénéficiait d’une image de marque forte sur laquelle capitalisait le Maroc. “L’ONMT utilise ces grandes marques de la distribution touristique pour communiquer sur les différentes destinations marocaines en direction des touristes potentiels des marchés sources”.

L’Office annonce “demeurer confiant sur la résilience de la destination Maroc à travers le développement de l’activité des Compagnies aériennes et celle des autres Tour-Opérateurs, qu’ils soient classiques ou en ligne”.

à lire aussi

article suivant

L'Institut français du Maroc lance un fonds de soutien dédié à la production de spectacle vivant