Demande de liberté provisoire suspendue jusqu’au 19, audience reportée au 23 septembre

Demande de liberté provisoire suspendue jusqu’au 19, audience reportée au 23 septembre

La décision sur la nouvelle demande de liberté provisoire formulée par les avocats de Hajar Raissouni le 16 septembre lors d’une seconde audience, a été mise en suspens jusqu’au 19 septembre. L’audience est quant à elle reportée au 23 septembre.

Par

Tniouni/TelQuel

Hajar Raissouni, journaliste de 28 poursuivie avec son compagnon pour “avortement illégal” et “relations sexuelles hors mariage”, restera en détention au moins jusqu’au 19 septembre. C’est à cette date que le juge du tribunal de première instance de Rabat se prononcera sur la nouvelle demande de remise en liberté formulée par ses avocats, au cours d’une nouvelle audience ce lundi 16 septembre.

L’audience avait démarrée à 14h, alors que devant le tribunal, comme pour la précédente audience, se tenait un sit-in. Un journaliste de TelQuel a noté la présence d’une cinquantaine de manifestants, militants des droits de l’Homme et journalistes, demandant la libération de Hajar Raissouni et l’abrogation des lois pénalisant l’avortement.

L’audience qui s’est ouverte dans la salle 1 du tribunal, a été rapidement suspendue pour cause de problèmes techniques : les micros ne fonctionnaient pas. L’audience a repris à 15 heures dans la salle 2. Avant l’interruption, le bâtonnier Abderrahman Benamrou avait eu le temps de demander au juge d’invalider, pour vices de procédure, les procès-verbaux de police et le rapport médical versé au dossier.

Les autres avocats du comité de défense ont par la suite demandé l’annulation de toutes les poursuites et la libération de Hajar Raissouni ainsi que des quatre autres prévenus – son fiancé, le médecin accusé d’avoir pratiqué l’acte, sa secrétaire et son assistant-infirmier. Les avocats ont plaidé le non-respect de la procédure pénale au cours de leur arrestation le 31 aout.

Les avocats contestent notamment le flagrant délit. Selon Me Nouidi, l’arrestation de Hajar Raissouni s’est en effet déroulée sur le boulevard, en public, et non dans la clinique. “Il n’existe aucun procès-verbal dans lequel Hajar Raissouni reconnaît l’avortement. Seul un PV de la police judiciaire qu’elle a refusé de signer parle d’avortement. Il ne peut donc être pris en considération”, a-t-il plaidé.

L’audience sur le fond a été reportée au 23 septembre.

 

Cet article vous a plu ?

Pour continuer à fournir de l’information vérifiée et approfondie, TelQuel a besoin de votre soutien à travers les abonnements. Le modèle classique de la publicité ne permet plus de financer la production d’une information indépendante et de qualité. Or, analyser notre société, réaliser des reportages et mener des enquêtes pour montrer le Maroc « tel qu’il est » a bel et bien un coût.

Un coût qui n’a pas de prix, tant la presse est un socle de la démocratie. Parce qu’à TelQuel nous en sommes convaincus, nous avons fait le choix d’investir dans le journalisme, en privilégiant l’information qui a du sens plutôt que la course aux clics. Pour cela, notre équipe est constituée de journalistes professionnels. Nous continuons aussi à investir dans des solutions technologiques pour vous offrir la meilleure expérience de lecture.

En souscrivant à une de nos formules d’abonnement, vous soutenez ces efforts. Vous accédez aussi à des avantages réservés aux abonnés et à des contenus exclusifs. Si vous êtes déjà abonné, vous pouvez continuer à encourager TelQuel en partageant ce message par email


Engagez-vous à nos côtés pour un journalisme indépendant et exigeant

article suivant

La grâce royale, prélude à une réforme ?

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.