Après son faux bond à Casablanca, Jamel Debbouze déçoit à Ivry et fait une pause

Après son faux bond à Casablanca, Jamel Debbouze déçoit à Ivry et fait une pause

Moins de 24 heures après le clap de fin du Marrakech du rire, Jamel Debbouze s’est rendu à Ivry, en région parisienne, pour se produire en spectacle. Un passage raté selon les spectateurs, d’autant plus qu’il intervient au moment où l'humoriste a annoncé vouloir faire une pause dans sa carrière.

Par

MDR

Jamel Debbouze serait-il fatigué ? Directement après la fin du Marrakech du rire (MDR) dont il est le producteur et le maitre de cérémonie, l’humoriste et acteur franco-marocain s’est rendu à Ivry-sur-Seine, en région parisienne, pour se produire dans le cadre du festival Ivry en fête.

Sa prestation, donnée sur l’esplanade de l’hôtel de ville, n’a toutefois pas plu aux spectateurs présents, rapporte le quotidien régional Le Parisien. “Il est arrivé avec du retard et surtout totalement en roue libre. Il balançait des clichés sur la banlieue black, blanc, beur, semblait n’avoir rien préparé, rien à dire. Au bout de 15 minutes, une queue de gens qui partaient s’est formée dans la foule. C’était de l’improvisation, mais pas drôle. Personne ne riait, et on avait même l’impression d’être pris pour des imbéciles”, raconte une spectatrice, citée par le quotidien français.

La déception a été également exprimée sur Twitter.

La mairie réagit

La mairie d’Ivry n’est pas restée muette face aux critiques du public présent. Dans une mise au point publiée aujourd’hui, le maire Philippe Bouyssou (Parti communiste français, PCF) “remercie à nouveau Jamel Debbouze pour cette rencontre avec les Ivryennes et les Ivryens, pour son humanité et sa générosité”. L’élu estime que le contrat de l’humoriste a été “largement rempli par sa proximité avec un public heureux de le rencontrer longuement après son spectacle pour faire des centaines de photos”. A sa sortie de scène, Jamel a confié au maire “ses doutes sur sa prestation qu’il ne jugeait pas à la hauteur de l’enthousiasme du public”, indique-t-il.

A en croire le maire, Jamel Debbouze lui a “tout de suite” fait savoir qu’il ne souhaitait pas “percevoir le cachet qui devait lui revenir”. Selon Le Parisien, la mairie a déboursé “près de 90.000 euros” pour son spectacle. Le cachet sera reversé au Fonds de dotation Ivry Motiv’ pour les réussites des jeunes Ivryens. “Selon des modalités à définir entre nous, Jamel a également accepté d’être le parrain de la prochaine édition d’Ivry Motiv’”, assure Philippe Bouyssou.

Que s’est-il donc passé avec Jamel ? L’interview qu’il a accordée pendant le Marrakech du Rire à la radio française RTL sonne comme une réponse. Dans cet entretien enregistré à Marrakech, l’humoriste reconnait un coup de fatigue. “Pour que je puisse continuer à prendre du plaisir, il faut aussi que je ménage ma monture. J’arrêterai en décembre et je sais que je ne remonterai pas sur scène avant des années. Ça, j’en suis certain”, a-t-il confié.

Il va falloir que je me régénère d’une certaine manière. Si tu me demandes ce que j’ai envie de faire là, aujourd’hui : rien, absolument plus rien. J’ai beaucoup, beaucoup, beaucoup donné et aujourd’hui, j’ai envie de prendre”, a expliqué l’humoriste. “Si je veux pouvoir surprendre, il faut que je me surprenne moi-même et la meilleure manière, c’est d’être en jachère. Laisser le corps et l’esprit se reposer pour aller chercher des choses neuves ou en tout cas, intéressantes”.

La pause-scène sera donc effective dès le mois de décembre, le temps de finir la tournée de son spectacle Maintenant ou Jamel.

Un précédent casablancais

L’incident d’Ivry n’est pas sans rappeler le faux bond de Jamel Debbouze à son public casablancais en octobre dernier. En octobre, deux représentations de son dernier spectacle Maintenant ou Jamel avaient été annulées moins de 15 jours avant les dates prévues. Sa société de production Kissman accusait le distributeur marocain Radio Planet d’avoir porté atteinte à l’image de l’artiste. Un non-sens pour Radio Planet qui y voyait une excuse pour masquer l’impréparation de l’artiste, sur fond de désaccord avec son frère. Selon Hakim Chagraoui qui nous rapporte la discussion, le producteur français de Jamel Debbouze lui aurait affirmé que l’humoriste “n’était pas prêt artistiquement”.

à lire aussi

Le 16 juin, dans sa case documentaire Des histoires et des hommes, 2M diffusait le sujet intitulé “Dans la tête de Jamel Debbouze”. Ce dernier plonge le téléspectateur dans l’intimité de l’humoriste, de l’écriture de son spectacle Maintenant ou Jamel en 2017 à la première représentation à Paris, en passant par une tournée dans les régions françaises et des parenthèses à Marrakech pour le MDR.

On y découvre un Jamel Debbouze stakhanoviste, qui revendique d’inclure un sketch appelant à la tolérance sur l’homosexualité dans son spectacle, ou encore qui fait appel à un coach sportif pour garder la forme sur scène. Un portrait intime, mais surtout autorisé puisque le film a été produit par 416 Prod, la boite de production de la journaliste française Melissa Theuriau, épouse Debbouze.

article suivant

Sur le banc des accusés, Lekjaa se dit “prêt à partir” dès septembre

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.