Hassan Benaddi: “Quand il y a un vide, les forces mafieuses sont les premières à l’investir”

Le PAM est-il en train de se disloquer ? La crise actuelle du parti n’est-elle pas à mettre sur le compte des conditions de sa naissance et de son absence d’idéologie ? A-t-il encore un avenir ? Hassan Benaddi, son cofondateur et premier secrétaire général, nous en parle sans langue de bois.

Par

RACHID TNIOUNI/TELQUEL

Discret et mesuré, Hassan Benaddi, dont les sorties médiatiques sont rares, est considéré comme un sage au sein du parti créé par Fouad Ali El Himma. Cofondateur et premier SG du PAM, l’homme a vu le parti naître et grandir avant de sombrer dans une crise qui menace désormais son existence. Si bien que Benaddi le compare lui-même à “un bateau ivre condamné à s’échouer quelque part”, mais “qu’il est encore possible de sauver”. Mais pourquoi cet ancien professeur de philosophie, séduit dans sa jeunesse par le communisme et le Grand soir, s’acharne-t-il à vouloir réanimer ce corps politique rongé par l’opportunisme et les querelles politiciennes, selon son propre diagnostic? C’est parce qu’il a cru, dit-il, à “ce grand projet”, avec quatre des cinq cofondateurs…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés