1990-1995, quand l’Algérie était dans la rue

1990-1995, quand l’Algérie était dans la rue

L’artiste algérien Ammar Bouras republie ses photos des années 1990-1995. Une fascinante chronique de la vie malgré la guerre civile.

Par

Les choses étaient presque visibles, presque flagrantes et personne ne s’en rendait compte, on était en plein dedans, on découvrait la démocratie, le multipartisme, l’altérité, etc.” À l’époque où il était étudiant à l’École des Beaux-Arts d’Alger, Ammar Bouras a poussé la porte d’Alger républicain et y a été recruté en tant que photographe. Il est un des rares à avoir conservé et numérisé les négatifs de ses pellicules. Pas seulement par goût de l’archive, mais comme point de départ de son travail artistique fait de superpositions et de lacérations entre photo et peinture, d’un travail basé sur l’intuition qu’il était témoin du “moment d’histoire”.

 

Voir les photos en face

Aujourd’hui, un quart de siècle après ce que la psychanalyste Karima Lazali a appelé “la guerre intérieure”, il présente une série consacrée aux années 1990-1995, “celles de l’entrée dans la violence”. Guerre en Irak, libération de Nelson Mandela, effondrement du bloc socialiste, montée de l’islamisme et, en Algérie, fin du parti unique.

...

L’accés à l’intégralité de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous à partir de 10DH Déjà abonné ? Identifiez-vous
article suivant

Le match de gala de la Marche verte ou le patriotisme bling-bling prêché dans le désert

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.