[“Cachées par la forêt” de E. Dussert] Tour du monde des oubliées

Portraits. Après l’inventaire des écrivains oubliés, Éric Dussert fait celui des femmes de lettres oubliées. Un livre stimulant pour repenser les panthéons littéraires.

Par

Portraits. Après l’inventaire des écrivains oubliés, Éric Dussert fait celui des femmes de lettres oubliées. Un livre stimulant pour repenser les panthéons littéraires.

2000 ans avant Homère, la princesse mésopotamienne Enheduanna chantait la déesse Inanna. Au Japon, parmi les six génies de la poésie, il y avait une femme, Ono No Komachi (825-900), et on doit à Murasaki Shikibu (vers 973-entre 1014 et 1025), le premier roman : Le Dit du Genji, contemporain des Mille contes persans. Fatima Al Fihriya fondait en 859 la Qaraouiyine à Fès, “aujourd’hui considérée comme la plus ancienne bibliothèque universitaire du monde”. Plus récemment, seules 15 femmes ont reçu le prix Nobel de littérature: moins de 10% des lauréats. En matière d’illégitime barrage, tous les impairs que l’Humanité pensante peut commettre ont été commis”, déplore le critique et essayiste français Éric Dussert, qui note que “même chez les créateurs apparemment libéraux, progressistes, modernistes, la création (“la vraie”) est restée un champ clos masculin.” Éric Dussert…

article suivant

L’état d’urgence prolongé jusqu’au 10 août