La Commission européenne plaide pour un "soutien renforcé" au Maroc

Pour la Commission européenne, "renforcer le soutien" -notamment financier - au Maroc pour la gestion de ses frontières fait partie des "priorités immédiates" de l'agenda européen sur la migration.

Par

La Commission européenne. Crédit: AFP

La Commission européenne a diffusé le 6 mars un rapport sur “la mise en oeuvre de l’agenda européen sur la migration” dans lequel elle fait état de son partenariat avec le Maroc, et notamment sur les fonds promis au royaume en 2018 pour l’appuis à sa politique migratoire.

“L’Union européenne a posé les bases d’une collaboration étroite avec le Maroc. Fin 2018, l’UE a approuvé un support de 140 millions d’euros pour la gestion des frontières. (…) Les premiers paiements ont été faits, et des appels d’offre pour l’achat d’équipements clés ont été lancés”, indique le document de la Commission européenne.

En outre, la Commission “salue” l’effort du royaume “à renforcer le contrôle de ses frontières et à prévenir un large nombre de départs”. Le commissaire européen pour la Migration, Dimitris Avramopoulos, réitère dans un tweet : “Je voudrais féliciter le Maroc pour ses actions et l’assurer de notre soutien. Nous sommes impatients de développer un partenariat plus étroit, plus profond et plus ambitieux avec le Maroc”.

En effet, dans un communiqué, la Commission européenne place la problématique de la route migratoire ouest-méditerranéenne, comme l’une des “plus urgentes” et pour laquelle des “mesures immédiates sont nécessaires”. Elle préconise pour cela que le “soutien au Maroc [soit] intensifié”. Pour la Commission, cela passe par “l’implémentation continue du programme à 140 millions d’euros pour la gestion des frontières”, mais aussi une “reprise des négociations sur la procédure de réadmission et de visa avec le Maroc”.

En janvier 2019, l’Espagne pressait déjà la Commission européenne de livrer les 140 millions d’euros promis au Maroc. L’UE n’a déboursé que 30 millions des fonds promis. La secrétaire d’Etat espagnole aux Migrations, Consuelo Rumi considère cette aide comme étant “insuffisante” pour le Maroc qui doit contrôler les frontières, lutter contre les mafias de trafiquants et poursuivre sa politique d’intégration des migrants.

“L’Europe doit être consciente que ce qui se passe en Méditerranée est l’affaire de tous et que les côtes espagnoles sont celles de l’UE”, a déclaré la secrétaire d’Etat espagnole à El Pais.

article suivant

20 septembre : 35 décès et 1.924 nouveaux cas de contaminations, le Maroc franchit la barre des 100.000 cas